30 universitaires et une conviction : l'importance d'un débat ouvert et accessible

Chômage, l’apprentissage pièce maîtresse du combat

apprentissageEclaircie. C’est la plus forte baisse du chômage depuis fin 2007. Il a diminué nettement au mois de septembre (-0,7%). Une éclaircie qui profite avant tout aux jeunes. Fin septembre, Pôle emploi recensait 23.800 chômeurs de moins qu’à la fin août. Mais cette légère amélioration ne règle en rien la question des moyens mis en place pour lutter contre le chômage, au premier rang desquels l’apprentissage, priorité selon Pierre Cahuc. « En France, l’apprentissage s’adresse de moins en moins aux jeunes peu ou pas diplômés. Au début des années 2010, deux jeunes sur trois qui entraient en apprentissage avaient déjà un diplôme, contre un sur deux en 1992 », étaye l’économiste.

Dysfonctionnements. Loin d’être optimal, le système français souffre de plusieurs dysfonctionnements. Pierre Cahuc souligne notamment la complexification de la formation professionnelle en alternance. « De trop nombreux acteurs interviennent : Education nationale, chambres de commerces, régions, Etat et organismes collecteurs de la taxe d’apprentissage. Bref, le système n’a pas de pilote », regrette l’auteur de plusieurs notes sur le sujet pour le Conseil d’analyse économique. De plus, « créer une formation en apprentissage est très compliqué pour les entreprises. En conséquence, elles sont insuffisamment impliquées dans le système ». Enfin, « l’apprentissage peine toujours à être perçue par les enseignants, les acteurs de l’orientation et les familles comme une solution positive d’orientation », insiste Pierre Cahuc.

Efficacité et équité. Concentrer sur l’apprentissage et le pré-apprentissage les moyens publics en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes peu qualifiés, telle serait la règle numéro un. Pour Pierre Cahuc, l’objectif est de concentrer l’aide publique là où elle est efficace et équitable, « c’est à dire dans le second cycle de l’enseignement secondaire ».  Chaque année, quelque 120.000 jeunes sortent du système scolaire avec, au mieux, le brevet des collèges. Il est nécessaire de modifier le financement des formations en alternance et la gouvernance de l’enseignement professionnel.
Pierre Cahuc détaille l’ensemble de ses propositions dans un ouvrage qui vient de paraître aux Presses de SciencesPo : ‘’L’apprentissage. Donner la priorité aux moins qualifiés’’.

Les Thématiques