30 universitaires et une conviction : l'importance d'un débat ouvert et accessible

Comment un État désargenté peut-il investir ?

couv Actes 2014 bon« Dans la plupart des économies développées, contenir l’endettement public est devenu une priorité. Le besoin d’investissements publics n’a pas disparu pour autant. Plus que jamais, nos sociétés ont besoin d’investir pour développer leur capacité d’innovation, leur capital social et leurs infrastructures et l’État a ici un rôle essentiel à jouer. Comment peut-il l’assumer sans mettre en doute son crédit financier ? Pour répondre, il faut bien sûr s’interroger sur les marges de financement dont nos États disposent encore comme sur les économies qu’ils peuvent dégager sur leurs dépenses courantes. Mais il faut aussi avoir une vision claire de la nature des investissements nécessaires, des priorités que chaque société leur attribue et du rôle d’impulsion ou simplement d’accompagnement que l’État doit y jouer. Enfin, il faut chercher la meilleure manière de les financer et voir comment et jusqu’où le secteur privé peut y être associé. »

 

 

Avec les contributions de :

  • Anton Brender : « Redéfinir la stratégie budgétaire des États »
  • Ezra Suleimann : « Keynes avait-il raison ? »
  • Gunnar Lund : « L’expérience suédoise
  • Martin Lousteau : « Running into Trouble »
  • Augustin de Romanet : « Comment l’État peut-il investir autrement ? »
  • René Ricol : « Investir dans nos valeurs »
  • Valérie Pécresse : « Faire les bons choix »
  • Carol Sirou : « Le diable est-il dans la dette ? »
  • Olivier Galzi :  modérateur

Accéder à l’intégralité de la session en pdf

Les Thématiques