30 universitaires et une conviction : l'importance d'un débat ouvert et accessible

Les Actes des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence 2015

jaquette ActesLes sept années que nous venons de vivre ont non seulement  perturbé les marchés mais surtout ont disloqué, détruit des solidarités dans nos sociétés, et ont profondément distendu des liens sociaux. C’est ainsi que nous, économistes, avons fait le choix d’un thème différent de nos territoires de réflexions habituels et de nous attaquer à l’un des sujets majeurs du lien social : le Travail :  Et si le travail pouvait être considéré comme la valeur positive d’avenir.

Depuis la première révolution industrielle nos sociétés débattent du caractère aliénant ou épanouissant du travail.  Depuis le XIXème siècle, une seconde interrogation émerge : le progrès technique a-t-il vocation à détruire le travail ?

Il faut bien sûr répondre à ces interrogations mais le Cercle des économistes a pris position dans l’élaboration du programme de ces Quinzième Rencontres Economiques d’Aix-en-Provence ; le travail est une valeur positive et représente un élément clé de stabilité, de lien social, d’insertion et notamment pour les jeunes.

A la question « Et si le travail était la solution ? », nous avons proposé trois niveaux de réponses :

Au niveau mondial, malgré la difficulté à penser la trajectoire de l’économie mondiale, nous essaierons de nous dire : est-ce que le G20, qui a joué son rôle plus ou moins bien dans la crise financière, ne pourrait pas avoir ce rôle finalement de capter, de mobiliser l’épargne dans nos pays, dans tous les pays du monde, et de les canaliser vers des activités qui sont des activités porteuses d’emplois durables pour l’ensemble du monde ?

Au niveau européen, beaucoup de jeunes prennent des distances avec l’idée européenne qui donne le sentiment de ne pas dépasser les antagonismes, et qui ne permet plus de rêver. La solution ne serait-elle pas une Europe du marché du travail, une Europe qui permette une véritable fluidité des marchés, une véritable formation ?

Enfin, le dernier niveau est celui de la France. Nous devons surmonter deux difficultés : nous avons beaucoup de mal à créer des emplois et il y a un véritable tabou autour du contrat de travail. Il s’agit de dépasser les débats idéologiques et de refuser une situation dans laquelle notre pays compte plus de 3,5 millions de chômeurs.

 

Pendant 3 jours, 220 intervenants ont débattu de ces questions, fait des propositions.

Le vendredi, nous avons étudié la place du travail dans nos sociétés et interrogé ce lien social si essentiel. Le samedi était consacré aux bouleversements humains, technologiques, réglementaires et sociaux et le dimanche au débat politique et aux propositions concrètes au niveau mondial, européen et français.

Ces Actes sont porteurs d’espoir, il faut les lire.

Les membres du Cercle des économistes:
Yann Algan, Patrick Artus, Agnès Bénassy-Quéré, Françoise Benhamou, Jean-
Paul Betbèze, Christian de Boissieu, Anton Brender, Stéphane Carcillo, André
Cartapanis, Jean-Michel Charpin, Jean-Marie Chevalier, Hippolyte d’Albis,
Pierre Dockès, Marc Ferracci, Lionel Fontagné, Pierre-Yves Geoffard, Patrice
Geoffron, Marc Guillaume, Bertrand Jacquillat, Jean-Hervé Lorenzi
(Président), Catherine Lubochinsky, Valérie Mignon, Jacques Mistral, Olivier
Pastré, Anne Perrot, Jean Pisani-Ferry, Jean-Paul Pollin, Hélène Rey,
Dominique Roux, Christian Saint-Étienne, Christian Stoffaës, Akiko
Suwa-Eisenmann, Philippe Trainar, Alain Trannoy.

Retrouvez l’ensemble des débats et des contributions sur le site des Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence: www.lesrencontreseconomiques.fr
… et l’actualité du Cercle des économistes sur : www.lecercledeseconomistes.fr

PDF interactif des Actes

Les Thématiques