30 universitaires et une conviction : l'importance d'un débat ouvert et accessible

Présidentielle 2017 : les étudiants en campagne

Une question est posée aux étudiants de toutes les universités françaises : qu’attendent-ils du prochain président de la République ? Le Cercle des économistes, cercle de réflexion, s’intéresse à leurs réponses.


 

En pleine campagne pour l’élection présidentielle, comment les jeunes voient la France de demain et surtout, qu’attendent-ils du prochain président de la République ? La question est posée directement aux étudiants de toutes les universités françaises.

Vendredi 17 février, nous sommes à 65 jours du premier tour de la présidentielle et on ne parle que des affaires. C’est le vide abyssal en matière de débats de fond sur les grands enjeux économiques et sociaux. Il n’y a pas de véritable confrontation publique sur les points de clivage entre les candidats.

Le vrai débat viendra-t-il finalement des jeunes ? Car, après tout, c’est leur avenir qui est en jeu. C’est ce que l’on va voir au cours des prochaines semaines avec un appel à idées (avant le 2 avril) lancé par le Cercle des économistes, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale et de la Recherche

Faire remonter les idées

Tous les étudiants sont invités à faire part de leurs propositions avant le 2 avril, en répondant à une question : de quelle prospérité serez-vous les acteurs ? Un jury présidé par l’académicien Erik Orsenna et composé de décideurs économiques, de professeurs, de chefs d’entreprises procèdera ensuite à une sélection.

Message délivré : ne décidons pas sans les jeunes qui seront aux commandes dans quelques années. Ecoutons-les et dialoguons.

Des thématiques commencent à émerger

Prospérité et croissance sont-elles liées ? Comment repenser la prospérité pour un développement durable ? Comment et pourquoi créer des richesses (en filigrane : la décroissance). Faut-il croire au progrès technique ? L’Europe est-elle réellement source de prospérité ? L’Europe, grande absente de la campagne 2017, est évoquée par les étudiants.

Ces thématiques sont développées au cours de débats en région. Jeudi 16 février, c’était à Clermont-Ferrand avec un débat sur les initiatives locales. Les prochains se tiendront le 8 mars à Lille sur les créateurs de richesse, et le 27 mars à Nantes autour de l’économie collaborative.

L’appel à idées

100 étudiants sélectionnés seront invités à leurs propositions devant les participants aux Rencontres économiques d’Aix-en-Provence le week-end du 8 juillet 2017. Trois d’entre eux sortiront vainqueurs. À la clef, une petite somme d’argent mais, surtout, quelques cartes de visite récoltées et qui leur seront utiles s’ils veulent devenir chefs d’entreprise ou… président de la République, qui sait.

En pleine campagne pour l’élection présidentielle, comment les jeunes voient la France de demain et surtout, qu’attendent-ils du prochain président de la République ? La question est posée directement aux étudiants de toutes les universités françaises.

Vendredi 17 février, nous sommes à 65 jours du premier tour de la présidentielle et on ne parle que des affaires. C’est le vide abyssal en matière de débats de fond sur les grands enjeux économiques et sociaux. Il n’y a pas de véritable confrontation publique sur les points de clivage entre les candidats.

Le vrai débat viendra-t-il finalement des jeunes ? Car, après tout, c’est leur avenir qui est en jeu. C’est ce que l’on va voir au cours des prochaines semaines avec un appel à idées (avant le 2 avril) lancé par le Cercle des économistes, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale et de la Recherche

Faire remonter les idées

Tous les étudiants sont invités à faire part de leurs propositions avant le 2 avril, en répondant à une question : de quelle prospérité serez-vous les acteurs ? Un jury présidé par l’académicien Erik Orsenna et composé de décideurs économiques, de professeurs, de chefs d’entreprises procèdera ensuite à une sélection.

Message délivré : ne décidons pas sans les jeunes qui seront aux commandes dans quelques années. Ecoutons-les et dialoguons.

Des thématiques commencent à émerger

Prospérité et croissance sont-elles liées ? Comment repenser la prospérité pour un développement durable ? Comment et pourquoi créer des richesses (en filigrane : la décroissance). Faut-il croire au progrès technique ? L’Europe est-elle réellement source de prospérité ? L’Europe, grande absente de la campagne 2017, est évoquée par les étudiants.

Ces thématiques sont développées au cours de débats en région. Jeudi 16 février, c’était à Clermont-Ferrand avec un débat sur les initiatives locales. Les prochains se tiendront le 8 mars à Lille sur les créateurs de richesse, et le 27 mars à Nantes autour de l’économie collaborative.

L’appel à idées

100 étudiants sélectionnés seront invités à leurs propositions devant les participants aux Rencontres économiques d’Aix-en-Provence le week-end du 8 juillet 2017. Trois d’entre eux sortiront vainqueurs. À la clef, une petite somme d’argent mais, surtout, quelques cartes de visite récoltées et qui leur seront utiles s’ils veulent devenir chefs d’entreprise ou… président de la République, qui sait.

Les Thématiques