30 universitaires et une conviction : l'importance d'un débat ouvert et accessible

Retraites : un nouveau paysage

pension-de-retraite-un-plan-pour-mettre-fin-au-retard-de-paiementCe qu’il était convenu d’appeler le « problème des retraites » depuis vingt-cinq ans a désormais complètement changé de nature. Il s’agissait du déséquilibre macroéconomique créé par l’augmentation très rapide de la population des retraités dans un contexte de stagnation de la population d’âge actif. Cette évolution, due à la conjonction de l’augmentation de l’espérance de vie et de l’arrivée de la génération nombreuse du baby-boom à l’âge de cessation d’activité, aurait débouché sur des déficits considérables des régimes de retraite, d’une ampleur de plusieurs points de PIB chaque année.

Après quatre réformes d’ensemble des retraites (1993, 2003, 2010, 2014), une réforme des régimes spéciaux (2008) et les adaptations successives des régimes complémentaires, on peut considérer que ce problème est réglé, comme l’ont confirmé les rapports du Conseil d’orientation des retraites et du Comité de suivi des retraites publiés cette année. Les augmentations de l’âge de cessation d’activité organisées par ces réformes seront, sauf stagnation durable de la croissance, suffisantes pour assurer l’équilibre du système de retraite jusqu’au moment où la génération du baby-boom connaîtra des taux de mortalité élevés et où les départs en retraite concerneront la génération suivante. A partir de ce moment-là, le système de retraite devrait rester en équilibre pendant une trentaine d’années, même dans l’hypothèse probable d’une poursuite des gains d’espérance de vie.

Accessoirement, cette bonne nouvelle montre qu’à défaut de réforme globale, la France peut se réformer par l’addition de réformes partielles.

Ce problème urgent étant résolu, la réflexion sur les façons d’améliorer l’équité et l’efficacité du système de retraite français doit être engagée.

Il est maintenant envisageable de réfléchir sereinement à des réformes structurelles, comme le passage éventuel à un régime en points ou en comptes notionnels ou comme le retour à une indexation des retraites sur la croissance en valeur ou sur les salaires, et pas seulement sur les prix. De tels changements nécessiteraient cependant une instruction approfondie, notamment pour évaluer les coûts de transition.

En matière d’équité, ce sont en général les différences entre le régime général du secteur privé et les régimes du secteur public qui sont considérées comme les moins supportables. Cette question est aujourd’hui bien documentée : on sait qu’à la suite des rapprochements qui ont été mis en oeuvre, il n’y a guère d’écart en moyenne entre les âges de départ et les taux de remplacement du privé et des catégories dites sédentaires du public. Quant aux catégories dites actives de ce secteur (militaires, policiers…), elles ne pourront que continuer à relever d’un dispositif spécifique. Dès lors, il faudra bien peser les avantages et inconvénients d’une unification (concernant le stock ou le flux nouveau) avant de se lancer dans une entreprise aussi difficile.

Restent les questions d’équité de nature sociale, c’est-à-dire les contributions du système de retraite à la réduction des inégalités.

De façon générale, les retraités sont moins concernés que le reste de la population par les phénomènes de pauvreté. La pauvreté monétaire évaluée par l’Insee est nettement moins élevée pour la population des retraités que pour la population dans son ensemble.

Le Comité de suivi des retraites invite cependant à la vigilance. D’une part, certaines catégories ne reçoivent que de faibles retraites, particulièrement des non-salariés : elles ont parallèlement peu cotisé, mais il peut en résulter des situations individuelles difficiles. D’autre part, les réformes en cours d’application vont faire baisser les taux de remplacement, ce qui aggravera certaines situations. Le minimum vieillesse pourra alors apporter un soutien. Mais son pouvoir d’achat est resté quasi constant depuis des années, particulièrement pour les couples.

Le problème des retraites est réglé. Tant mieux ! On peut maintenant revisiter sereinement les qualités et défauts de notre système de retraite.

 

Les Thématiques