fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

L’éternel recommencement

Avec les perspectives de déploiement de la cinquième génération (5G), on retrouve les craintes et les polémiques que nombre d’innovations techniques ont provoqué à toutes les époques : le téléphone à ses débuts, le train qui était mauvais pour les yeux, les voitures et les OMG bien sûr, même le cinéma et l’électricité étaient suspects.

Le débat actuel reprend les mêmes thèmes que ceux l’on a déjà connu avec l’arrivée de la 3G et de la 4G, il y a 10 ans, tout en regrettant et c’est paradoxal que la couverture du territoire français soit encore insuffisante avec les réseaux mobiles !

La 5G s’inscrit tout simplement dans un processus d’amélioration technologique pour rendre plus performant les débits, la réactivité des sites d’objets connectés par rapport à la 4G actuelle. La technologie de la 5G n’est pas fondamentalement différente elle peut cohabiter avec les générations précédentes.

La 5G est considérée comme une nécessité : depuis juin 2018, 31 pays ont déjà commencé sa mise en place et son lancement commercial. Sur le plan stratégique, le rapport que plusieurs inspections ont remis, il y a quelques mois au gouvernement, il plaide pour un déploiement rapide, pour que le retard de la France n’augmente pas. Ce rapport montre aussi que la 5G n’entraine pas d’impact sanitaire, à part une légère augmentation de quelques points atypiques où les zones d’exposition sont plus élevées ce qui conduit à les surveiller. Il faut rappeler qu’au moment du lancement de la 3G, on ne voulait pas d’antennes près des écoles pour protéger les enfants, alors qu’aujourd’hui tous les élèves dès le collège possèdent un téléphone mobile ou une tablette !

Aux précautions déjà en place, la 5G est réellement une nécessité car compte tenu de l’augmentation du trafic, un véritable « tsunami » de données qu’on appelle en anglais un « exaflood » se prépare et dans moins de deux ans, on aura des difficultés pour se connecter avec les générations actuelles.

L’avenir, c’est la 5G, avec 10 à 100 fois plus de débit que sur la 4G, 1 milliseconde de latence essentiel pour les objets connectés et les voitures, 1000 fois plus de bande passante, 100 fois plus d’objets connectés et 90% de consommation énergétique en moins avec 10 ans de durée de vie des batteries !

Des dizaines d’opérateurs se sont déjà lancés dans 31 pays, avec en tête la Corée du Sud mais aussi le Japon, la Chine et les Etats Unis sans oublier la Grande Bretagne ou la Finlande.

Les applications seront bien sûr destinées aux ménages mais dans ce domaine les applications vont se multiplier sans que l’on puisse les connaitre à l’avance. Pour Vinton Cerf, un des pionniers de l’Internet, ce moyen de communication va devenir de plus en plus connecté, seul 1% des applications ont été inventées à ce jour. Dans le domaine des entreprises, on va voir apparaitre des usines dites du futur avec la gestion et la maintenance à distance et bien sûr des véhicules autonomes. La vie sociale sera aussi impactée avec les « smart cities » des villes sans embouteillages un rêve devenu réalité ! et bien entendu la santé avec non seulement les soins mais surtout la prévention seront possibles.

Pour expliquer ou comprendre ceux qui s’opposent ou critiquent la 5G, il faut savoir que les fréquences ont une caractéristique particulière, leur immatérialité, en l’absence de connaissance scientifique le public peine à imaginer à quoi ressemble une fréquence alors qu’ils en utilisent tous les jours avec la télévision ou la radio, le pilotage des avions et des trains, la gestion des pompiers, le GPS, etc.

La 5G n’est pas Out mais In, c’est une innovation de rupture. Il faut la développer, afin d’éviter que l’Europe et la France ne deviennent les colonies des autres continents comme l’Asie et l’Amérique.

Les Thématiques