fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Cahier n°4 : 5 + 5 – L’ambition d’une association renforcée

Ce Cahier du Cercle des Économistes a une histoire et un statut un peu particuliers. Le Cercle des Économistes traite généralement de thèmes qui, au moment où le choix du Cahier est arrêté, paraissent à la majorité de ses membres mériter une attention plus soutenue que celle accordée par le débat public en France.

Le Cercle s’efforce ainsi de se situer en amont de la réflexion économique et, par ailleurs, au travers de la diversité des points de vue de ses membres, de faire un effort pédagogique visant à éclairer et à dépassionner le débat. Le meilleur de ce parti pris méthodologique reste le Cahier n°1 consacré aux risques de déflation, alors même que le débat public sur ce thème devait être lancé par Alan Greenspan, deux mois après la parution de ce premier Cahier. Ce Cahier n°4 est, de ce point de vue, atypique. Il trouve son origine dans la préparation des 4e Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence qui se dérouleront du 9 au 11 juillet 2004. Face à l’élargissement de l’UE, que nous appelons de nos vœux, il justifie que le Cercle interpelle les Pouvoirs Publics français et européens, pour éviter une fracture Nord-Sud porteuse de toutes les dérives et de tous les extrémismes.

Ce Cahier se veut donc résolument politique. Il n’est plus question à ce jour de se contenter de tirer la sonnette d’alarme européenne pour signaler l’augmentation des disparités de croissance sur les deux rives de la Méditerranée. L’objectif de ce Cahier est de démontrer que la situation est historique pour le partenariat euro-méditerranéen. Le monde, en effet, a changé depuis quinze ans. L’effondrement du mur de Berlin, la montée en puissance d’un certain nombre de pays émergents (au premier rang desquels la Chine) au détriment d’autres dont la marginalisation semble inéluctable, de même que les séismes géo-stratégiques qu’ont constitués les attentats du 11 septembre mais aussi la Guerre en Irak, ont redistribué les cartes économiques et politiques de manière radicalement nouvelle. Ces bouleversements ont créé une fantastique « demande d’Europe » au moment même où l’Europe cherche la voie institutionnelle lui permettant de faire de l’élargissement à l’Est le moyen le plus sûr de créer une véritable Europe-puissance.

La Méditerranée se trouve ainsi à la croisée des chemins. Soit elle s’intègre davantage, faisant de ce bassin économique de 650 millions d’habitants un des pôles de la croissance mondiale, soit elle se disloque insensiblement, privant les pays de la rive Sud d’une articulation rapide à l’économie mondiale, avec tous les risques politiques et sociaux que ce scénario laisse pressentir, privant les pays européens d’un relais de croissance qui lui fait cruellement défaut. Il n’y a pas d’autre choix. Ce choix binaire justifie que les économistes participent au débat et contribuent à relever ce défi.

L’objectif de ce Cahier est double. Il est d’abord de démontrer que l’accélération du processus d’intégration euro-méditerranéenne, que nous qualifierons « d’association renforcée », constitue pour l’Europe, non seulement un devoir historique et politique, mais aussi le plus sûr moyen de relancer la dynamique économique européenne. Le deuxième objectif est de définir avec le maximum de précision le cadre institutionnel de cette « association renforcée ».

Dernière remarque introductive : les ambitions de ce Cahier étant très grandes, son objectif s’est voulu extrêmement limité. Ce Cahier traite prioritairement du volet économique. Dans ce domaine, nous avons ouvert quelques dossiers sectoriels. Ils sont à approfondir et d’autres chantiers sont à ouvrir. Nous avons l’intention de poursuivre ce travail dans les mois qui viennent, avec des économistes de la rive Sud de la Méditerranée.

Par ailleurs, ce Cahier s’adresse principalement aux gouvernements des pays européens afin de les aider à faire les meilleurs choix économiques possibles dans le contexte d’une relance effective du partenariat euro-méditerranéen. Nos objectifs sont ainsi limités ; notre espoir n’en est pas moins immense : faire de l’association renforcée euro-méditerranéenne un processus enfin gagnant pour tous.

 

Télécharger le Cahier

SOMMAIRE

- Association renforcée : une stratégie de croissance

  • Association renforcée : le sens et les enjeux d’un concept
  • La base du 5+5 : compétitivité au Nord, croissance au Sud
  • L’association renforcée dans une zone économique porteuse : une stratégie mutuellement positive

- « 5+5 » : une coopération riche en perspectives de développement

  • Les cinq pays du Maghreb : une capacité à exploiter
  • Le Maghreb : une zone privilégiée pour l’Europe
  • Entre Europe et Maghreb : un retard à combler

- Association renforcée : cinq pistes pour une mise en œuvre

  • Organiser les moyens et les institutions
  • Redynamiser les investissements vers le Maghreb
  • Quatre grands travaux sectoriels :
    • Pour l’ouverture du débat agricole
    • Partager un avenir énergétique
    • Investir massivement dans les technologies de l’information
    • Textile : les conditions d’une coopération compétitive
  • Un plan prioritaire pour le savoir
  • Relancer la dynamique financière

Conclusion : TUNIS 2003, le point de départ d’une nouvelle croissance

Les Thématiques