fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Chroniques économiques 2003

Les Chroniques économiques sont la synthèse d’une année d’interventions et de débats sur Radio Classique des membres du Cercle des économistes. Ces Chroniques sont publiées par les éditions Descartes et font l’objet d’un colloque en partenariat avec Euronext.

Peut-on faire confiance aux marchés financiers ?

Plusieurs faillites spectaculaires et quelques agissements frauduleux ont sérieusement entamé la confiance des investisseurs dans les marchés financiers et les entreprises. L’accroissement des réglementations suffira-t-il à restaurer cette confiance ? Les informations données par les entreprises sont-elles suffisamment précises et fiables ? Le très faible nombre des cabinets d’audit et des agences de notation est-il acceptable ? Peut-on réduire les conflits d’intérêt à l’intérieur des banques d’affaires ? Toutes ces questions, et bien d’autres constituent le dossier central de ce livre. De plus, l’ouvrage fait la synthèse, à partir des chroniques quotidiennes du Cercle des économistes sur Radio Classique, des thèmes qui ont fait l’actualité de cette année.

Les commentaires de l’ENS Lyon :

L’édition 2003 des chroniques économiques du Cercle des économistes en partenariat avec Euronext est divisée en deux parties :

– La première partie reprend des questions qui ont été posées lors d’un débat Euronext / le Cercle des économistes sur le thème : « Peut-on faire confiance aux marchés financiers ? Onze économistes apportent des éléments de réponse. Patrick Artus analyse les causes de la trop grande variabilité des cours des marchés actions européens en montrant l’importance d’accroître la liquidité de ces marchés « par l’intervention d’investisseurs réguliers ayant des horizons longs et des ressources continues à investir ». Pour Michel Didier, le marché boursier n’a fait que suivre le cycle économique en entrant dans une phase baissière (2000-2003) mais fondamentalement, il continue à jouer un rôle important dans le financement des investissements. Michel Aglietta développe une analyse critique de la réforme de la régulation prudentielle en Europe. Catherine Lubochinsky analyse les problèmes d’efficience informationnelle et d’efficience allocative du marché financier. Jean-Paul Betbèze analyse les risques du marché financier pour l’épargnant et en déduit un avantage à long terme sur les autres placements. Olivier Pastré propose quatre chantiers de réforme pour restaurer la confiance. Bernard Jacquillat montre l’importance d’une analyse financière indépendante pour rétablir la confiance. Jacques Mistral analyse les enjeux de la réforme réglementaire « Sarbanes-Oxley » aux Etats-Unis. Christian de Boissieu étudie l’intérêt de l’intégration des marchés financiers en Europe avec la mise en place d’une « Securities and Exchange Commission » (SEC) européenne. Jean-Hervé Lorenzi et Jacques Pelletan insiste sur la nécessité d’articuler la recherche fondamentale en finance avec les innovations sur les marchés financiers.

– La deuxième partie est consacrée aux chroniques de l’année qui synthétisent les interventions quotidiennes sur Radio Classique des membres du Cercle des Economistes en 2002 ? 2003. Trois ensembles de sujets sont traités : les questions de « conjoncture économique et politique sociale » (prévisions économiques, règles de politique économique, réforme de l’Etat, lutte contre les bulles spéculatives, budget 2003, réforme de l’ISF, baisse des charges des entreprises, relance par la consommation ou l’investissement, problème des retraites, l’objectif de croissance de la France, le contexte déflationniste en Europe, la progression du marché boursier). Ensuite sont abordées les questions d’ « économie industrielle et gestion des entreprises » (le nucléaire français, les banques en Europe, la plan de création d’entreprise, le secteur de l’assurance, la Poste et l’ouverture à la concurrence, la nouvelle économie, le conflit en Irak et le secteur pétrolier, la gouvernance d’entreprise). Enfin, le livre se termine par les questions d’ « économie internationale » (le onze septembre 2001 et l’économie mondiale, conjoncture économique et terrorisme, l’économie française et le conflit en Irak, l’élargissement de l’Union européenne, le dollar, géopolitique mondiale du pétrole, la France et la régulation financière internationale, le coût de la guerre en Irak, fragilité de la croissance économique mondiale).

Retrouvez l’ouvrage aux éditions Descartes

Les Thématiques