fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Fiscalité budget 2014 : et les 75 % dans tout cela ?

75%IS contre EBE. C’est décidé : l’Excédent Brut d’Exploitation des grandes entreprises ne sera pas taxé plus que de raison pour contribuer au rééquilibrage des finances publiques. Ainsi en a décidé le gouvernement à la demande du Président de la République. Face à la bronca des patrons, François Hollande a tranché. A Bercy de mettre en place un nouveau stratagème pour récupérer les 2,5 milliards d’euros que devait rapporter la mesure. Aux dernières nouvelles, le système de remplacement – temporaire – devrait consister à augmenter pendant 2 ans, de 5 à 11%, la surtaxe frappant l’impôt sur les sociétés. Cela nous en ferait presque oublier l’impôt de 75% sur les grosses fortunes.

Solidarité. Le projet n’est pas abandonné. Loin s’en faut. Les ‘’75 %’’ seront versés par toute entreprise qui octroie à ses dirigeants et hauts cadres des salaires supérieurs à 1 million d’euros. La mesure s’appliquera en 2014 avec effet rétroactif sur 2013. Pour Laurence BOONE, « taxer à 75% les revenus supérieurs à 1 million d’euros est un acte symbolique de solidarité et ne cherche en rien l’efficacité économique  ». Mais l’économiste regrette qu’ « un lobby qui défie ouvertement les hommes politiques en quittant la France fasse reculer les élus, au point de créer une nouvelle niche fiscale pour échapper à cette solidarité ». Laurence BOONE n’évoque pas uniquement les grands sportifs.

Inégale mobilité. Le marché du football est global et le footballeur bouge avec l’impôt. Or, souligne l’économiste, « ce qui est vrai pour le marché des footballeurs a des chances de l’être pour d’autres secteurs comme les designers de grand renom, des cadres dirigeants de grands groupes ou, plus généralement, ceux qui ont réussi de belles carrières dans des professions très qualifiées ». Pour Laurence BOONE, de fait, d’autres professions sont moins mobiles, tels les médecins, avocats, etc… la première frange serait donc privilégiée par rapport à la seconde. Aujourd’hui, le nombre de personnes disposant d’un salaire supérieur à 1 million d’euros en France est estimé à 1.000. Qui sont ceux qui bénéficieront d’une nouvelle niche fiscale grâce à leur mobilité, et les autres ? A Bercy de trancher au nom de l’égalité.

Les Thématiques