fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Immobilier : relance de l’offre est synonyme de baisse des prix

immobilierAccès à un Logement et un Urbanisme Rénové. La loi Alur de Cécile Duflot a animé les débats au mois de juin. Censée relancer l’immobilier, elle s’est finalement avérée plus problématique qu’efficace. En conséquence, le Premier ministre Manuel Valls a récemment annoncé une modification du texte à la marge. Il comprend l’encadrement des loyers et leur garantie universelle (la GUL). Selon Jean-Paul BETBEZE, l’encadrement des loyers aura pour conséquence de faire grimper les loyers plutôt que de les faires baisser. « Une baisse des prix dans le neuf entrainera une baisse dans l’ancien », estime l’économiste qui recommande d’ « inciter les propriétaires de terrains constructibles à les vendre, en finir avec l’inflation des normes et ajouter deux étages à chaque immeuble neuf ». Des mesures susceptibles à ses yeux de relancer la machine.

Alerte. Les professionnels de l’immobilier – et plus largement ceux de la construction – demandent le retrait de cette loi qualifiée par certains de ‘’liberticide’’ en matière de construction. « Les chiffres médiocres, qu’il s’agisse de logements neufs ou de rénovation, peuvent faire perdre entre 0.1 et 0.2 points de croissance par an », affirme Jean-Paul BETBEZE. « Si le bâtiment ne redémarre pas, les promesses de croissance du gouvernement français à Bruxelles ne pourront être tenues », souligne-t-il. Il est reproché à la loi Alur d’avoir plombé la construction de logements. Un vrai problème quand le secteur du bâtiment est le principal vecteur d’emplois en France. Au 1T14, le nombre de permis de construire accordés a reculé de 25% par rapport à la même période de 2013.

Encadrement des loyers, encore et toujours. Relancer le marché immobilier passe par une simplification des dispositifs existants et un allègement de la fiscalité. Selon Jean-Paul BETBEZE, si la loi Alur n’est pas profondément remaniée, « les propriétaires vont craindre que les rendements de leur investissement soit réduit et risquent donc de retirer leur bien de la location pour le mettre en vente. Cela aura pour effet de faire remonter les loyers ». Le monde à l’envers en quelque sorte. Alur s’est cantonnée au louable aspect social en négligeant trop le terrain incitatif. Une grosse erreur dans le contexte économique morose actuel.

Les Thématiques