fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

La France ne peut pas faire l’économie d’une grande réforme fiscale

Patrick Artus

Patrick Artus

Effort sur la dépense. Le gouvernement a présenté mercredi 25 septembre son projet de budget pour 2014 en conseil des ministres. Bercy a vanté un ‘’effort d’économies sans précédent’’ de 15 milliards d’euros dans la dépense publique. Objectif : maintenir le cap de la réduction des déficits sans pénaliser la croissance. Mais pour Patrick ARTUS, « à court terme, la réduction du déficit aura forcément un impact sur l’évolution du PIB ». Concrètement, l’économiste estime que ramener le déficit à 3,6% de la richesse nationale fera perdre à la France 0,4 points de croissance.

Charges sur le travail. Les entrepreneurs se plaignent de cotisations sociales trop élevées. Patrick ARTUS estime que, dans sa version actuelle – avant le débat au Parlement –, le budget n’est pas favorable aux entreprises. « Il ne faut pas oublier que l’on sort de quarante ans de politique budgétaire pro consommateurs », ajoutait récemment le Directeur de la recherche et des études de Natixis dans le quotidien Les Echos. Et de poursuivre : «  La France ne peut pas faire l’économie d’une grande réforme fiscale pour réduire les charges sur le travail. Or, sur ce point, le gouvernement n’a pas l’air d’avoir la moindre envie d’agir  ». Pour Patrick ARTUS, le CICE (Crédit impôt compétitivité emploi) est une bonne chose mais insuffisante.

Charge de la dette. Ce qui inquiète le plus l’économiste, c’est le poids de la charge de la dette. Les sommes que la France dépense pour rembourser risquent en effet d’augmenter. « Que va t-il se passer si les taux d’intérêts, aujourd’hui historiquement bas, reviennent à leur niveau habituel ?  », interroge Patrick ARTUS. Quant à la croissance, elle « restera probablement inférieur à 1% au cours des dix prochaines années  ». En cause selon lui : la très forte proportion d’entreprises qui n’ont plus la capacité à innover et, donc, gagner en compétitivité. « L’absence de progrès technique est un problème majeur  », déplore Patrick ARTUS. En résumé, la France manque de perspectives de long terme et le budget 2014 ne répond pas aux enjeux.

Les Thématiques