fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Le gaz russe au cœur du conflit avec l’Ukraine

europe-gaz-russie_378777Enjeu géopolitique. Outre l’aspect diplomatique, le conflit qui oppose actuellement une partie de l’Ukraine à la Russie est source d’interrogations sur l’approvisionnement et les prix de l’énergie en Europe. Bien comprendre la situation nous impose de remonter une trentaine d’années en arrière. « Les grandes exportations de gaz russe ont été faites à partir de tuyaux construits dans les années 80 et qui traversaient l’Ukraine et la Tchécoslovaquie. Nous sommes arrivés à une situation où, il y a encore quelques années, 90% des exportations russes vers l’Europe passaient par l’Ukraine. Aujourd’hui, le niveau est descendu à environ 60% », explique Jean-Marie CHEVALIER.

Contournement. Gazoduc North Stream reliant aujourd’hui la Russie à l’Allemagne via la Mer Baltique, South Stream qui permettra bientôt d’acheminer le gaz russe par la Bulgarie et la Hongrie : « Ces dernières années, explique Jean-Marie CHEVALIER, russes et européens ont cherché à ouvrir de nouvelles routes. Et dans cette situation, l’Ukraine s’est habituée à acheter du gaz russe à prix d’ami. Aujourd’hui, le gaz représente 40% du bilan énergétique ukrainien, du gaz russe évidemment ». Et l’économiste de poursuivre : « Par cette dépendance, la Russie tient les ukrainiens. En cas de dérapage, Moscou peut couper l’approvisionnement et augmenter les prix, ce qui serait dramatique pour Kiev  ». Face à une importante industrie ukrainienne, grosse consommatrice d’énergie, le pétrole apparaît comme une arme absolue.

ukraine-russie-gazInterdépendance. Avec 60% du gaz transitant encore par son sol vers l’Europe, l’Ukraine reste un acteur important pour Moscou. Si l’Ukraine fermait les tuyaux pour empêcher la Russie de livrer son gaz à l’Europe, la riposte de Moscou serait immédiate. Quant à la situation capitalistique, elle est très complexe. Selon Jean-Marie CHEVALIER, « le pétrole qui transite par l’Ukraine mêle des intérêts publics et privés, des compagnies immatriculées en Suisse… on parle de milliards de dollars de transactions, sans compter l’argent sale et de la corruption ». Les bruits de bottes qui se renforcent sont très bien orchestrés par Vladimir Poutine pour rappeler sa puissance de feu. Il faut savoir que d’importantes manœuvres militaires étaient prévues de longue date dans la région, comme en atteste un récent communiqué de l’OTAN, passé totalement inaperçu. Probablement que Vladimir Poutine n’a fait qu’accélérer la cadence avec quelques renforts de troupes pour en imposer.

Les Thématiques