30 universitaires et une conviction : l'importance d'un débat ouvert et accessible

Le monde face au choc des temps

couv 2013essai1À l’exception de la Corée du Nord et de quelques tristes réduits du même acabit, tous les dirigeants du monde font face à la dictature de l’urgence. Beaucoup, dans le monde développé comme dans le monde émergent, se montrent hors d’état de définir et de mettre en oeuvre un programme de réformes pourtant destiné à améliorer, à horizon de quelques années, le bien-être de l’ensemble de la collectivité. Beaucoup se montrent hors d’état de se saisir des enjeux intergénérationnels comme le vieillissement ou le changement climatique.
Comment faire face à ce défi ? Est-ce affaire de technologie de gouvernance, à l’image de la généralisation du modèle de la banque centrale indépendante qui a été conçu pour répondre au problème de l’incohérence temporelle ? Faut-il miser sur des modalités spécifiques de concertation sociale ou de consensus trans-partisan (Europe du Nord) ? Faut-il miser sur les organisations internationales (Europe du Sud) ? Faut-il se résigner à attendre les crises et à compter sur elles pour forcer les sociétés à dépasser leur myopie ? Ou bien faut-il accepter que les enjeux temporels divisent nécessairement les sociétés parce que la distribution des préférences pour le présent est très hétérogène ?

Avec les contributions de :

  • Jean Pisani-Ferry « Les politiques publiques  face à la barrière des temps »
  • Benoît Coeuré « Monetary Policy in a Fragmented World »
  • Gerhard Cromme « Pourquoi le compromis franco-allemand  est-il si important ? »
  • Koichi Hamada « Advising Abenomics »
  • Pascal Lamy « Comment agréger les préférences temporelles ? »
  • Youssou N’Dour « L’Afrique, une solution pour le monde nouveau »
  • Erik Orsenna « Crise ou métamorphose ? »
  • François Lenglet Modérateur

Accéder à l’intégralité de la session en pdf

Les Thématiques