30 universitaires et une conviction : l'importance d'un débat ouvert et accessible

L’EUROPE UNE NOUVELLE ÉCONOMIE MONDIALE

2003L’Europe, une nouvelle économie-monde ?

Les économistes du Cercle, ainsi que les chefs d’entreprise et les responsables politiques réunis lors des ces Rencontres, se sont attachés à mettre en évidence les difficultés et les défis non encore assumés qui pèsent sur L’Europe. à certains égards le tableau est plutôt sombre. Peut-on évoquer dans ces conditions Fernand Braudel pour caractériser notre avenir européen ?

Au-delà d’une saine provocation àune interrogation optimiste plutôt qu’un sempiternel auto-dénigrement complaisant à cette expression de « nouvelle économie-monde » peut être défendue.

Il importe certes d’être réaliste quant au chemin qui reste à parcourir et il est du devoir des économistes d’être attentifs à ce qui peut oblitérer l’avenir. Par exemple, en ce qui concerne la démographie, la recherche-développement, la gouvernance des entreprises ou les institutions. Dans ce dernier domaine, l’Europe semble marquer le pas et on dit souvent qu’un ralentissement dans sa construction entraîne son recul. Il ne faut pas oublier cependant ce que le demi-siècle passé nous a enseigné : le temps des institutions est un temps long qui ne respecte pas ce qui est fait sans lui. La construction européenne ne s’est pas faite à un rythme uniforme, elle a été plutôt une succession de phases intensives (plus de coordination et d’intégration) et de phases extensives (élargissement à d’autres pays). Avec l’euro, une étape décisive et irréversible a été franchie vers plus d’intégration. Aujourd’hui, l’Europe ne tombe pas, elle s’étend, vers l’Est et, peut-être demain, vers le Sud.

Par ailleurs, l’économie n’est qu’une dimension de l’Union. Certes, par une sorte de ruse de l’histoire, cette dimension a été jusqu’à maintenant prééminente : des nations très différentes ne pouvaient se rapprocher qu’en acceptant une règle du jeu commune et la seule règle susceptible d’un consensus historique a été celle de la concurrence des marchés. C’est d’ailleurs la même logique qui est à l’œuvre aujourd’hui au niveau mondial puisque la seule organisation internationale qui dispose d’un pouvoir coercitif effectif et de grande portée est l’OMC qui s’efforce de maintenir et d’étendre la concurrence. Pourtant, les autres dimensions, politiques, sociétales, culturelles, sont essentielles et elles le deviennent de plus en plus, comme le soulignent les interventions d’ouverture de ces Rencontres par Érik Orsenna et Abdou Diouf.

Car, la croissance, la puissance technologique et militaire ne sont pas tout. L’économie de la connaissance implique d’ailleurs le développement de la culture scientifique mais aussi de la culture tout court. Plus profondément, dans une perspective de long terme où la croissance des richesses matérielles ne peut plus être l’horizon unique d’un développement mondial durable et surtout équitable, un périlleux virage doit être négocié pour passer de la croissance quantitative à un développement qualitatif. Et cette réorientation ne relève pas seulement des pouvoirs publics et de la société civile mais aussi, peut-être même surtout, des entreprises devenues conscientes de leur nouvelle responsabilité sociétale.

Nouvelle économie, donc, pour la vieille Europe. A condition qu’elle sache porter et défendre un modèle de solidarité entre les territoires et les groupes sociaux, une politique plus respectueuse de l’environnement, et donner la priorité à la santé, au savoir et à la culture. Ses retards mêmes, ses adaptations lentes liées à une diversité interne qui fait aussi sa richesse, ne font pas d’elle une Europe puissance, mais lui permettent d’espérer devenir une « autre » économie-monde, une société ouverte à ses partenaires et capable de faire face aux défis de l’avenir.

L’articulation de ce livre respecte le déroulé de nos travaux dont la conception revient au Conseil Scientifique des Rencontres, présidé par Christian de Boissieu. Mais l’objectif du Cercle étant toujours de faire progresser le débat public, une attention particulière a été portée dans cet ouvrage aux positions et aux témoignages des dirigeants d’entreprises et des responsables politiques qui ont accepté de nous faire part de leur expérience sur les différents thèmes que le Cercle a choisi d’étudier.

La déclaration finale de ces troisièmes Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence n’est en rien une motion de synthèse unanimiste. Elle est l’expression des préoccupations jugées centrales au cours des trois journées de débats. Et surtout elle propose des mesures concrètes de politique économique qui devraient être prises pour redonner à l’Europe les moyens de son ambition. .

SOMMAIRE

Avant-propos

  • Jean-Hervé Lorenzi, Cercle des économistes

Introduction

  • Marc Guillaume, Cercle des économistes

Déclaration du Cercle des économistes

Préfaces

  • Erik Orsenna, de l’Académie française
  • Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie

Vers un modèle européen de développement économique et social

Favoriser le développement

  • Pierre Jacquet, Cercle des économistes

Témoignage

  • Thierry Desmarest, Total

Répondre aux besoins vitaux

  • Jean-Marie Chevalier, Cercle des économistes

Témoignages

  • Fathallah Oualalou, Ministre des Finances et de la Privatisation du Royaume du Maroc
  • Sid Ahmed Ghozali, ancien Premier ministre d’Algérie
  • Henri Proglio, Veolia Environnement
  • Jean-Pierre Hansen, Suez-Tractebel

Le modèle social européen a-t-il un avenir ?

  • Renouveler le modèle social européen, Jean-Michel Charpin, Cercle des économistes
  • Un choix politique, Jean-Paul Fitoussi, OFCE
  • Le travail et le modèle européen, Jean-Louis Reiffers, Université de la Méditerranée
  • Pour un nouveau contrat social, Christian Saint-Etienne, Cercle des économistes
  • L’impératif de solidarité, Marc Guillaume, Cercle des économistes
  • Les nouvelles frontières de l’Europe
    Christian de Boissieu, Cercle des économistes

La régulation des entreprises à l’échelle de l’Europe élargie

  • Politiques de la concurrence : le choix de l’Europe et des Etats-Unis, Anne Perrot, Cercle des économistes
  • Un modèle de gouvernance d’entreprise : maintenant ou jamais, Olivier Pastré, Cercle des économistes
  • Les agences de régulation et le contexte européen, Jean-Dominique Lafay, Cercle des économistes
  • L’analyse financiére indépendante, Bertrand Jacquillat, Cercle des économistes

Témoignages

  • Philippe Camus, EADS
  • Dominique Desailly, Rise Conseil
  • Pierre Coll, PricewaterhouseCoopers
  • Patrick Buffet, Groupe Suez

La croissance répartie, du local à l’Europe

  • Le centre contre la périphérie, Agnès Bénassy-Quéré, Cercle des économistes
  • Déploiement territorial de l’éducation et partage de la croissance, Elie Cohen, Cercle des économistes
  • La politique des pôles d’excellence de la Commission européenne, Daniel Vitry,Cercle des économistes

Témoignages

  • Jean-Paul Bailly, La Poste
  • Alain Lemaire, CNCE
  • Daniel Cukierman, Veolia Environnement
  • Renaud Dutreil, Secrétaire d’Etat aux PME
  • Stéphane Salord, Mairie d’Aix
  • Rémy Weber, Lyonnaise de Banque

La création d’un espace financier européen

  • Des enjeux théoriques au plan d’action sur les services financiers, Catherine Lubochinsky, Cercle des économistes
  • Consolider le système financier européen : deux pistes, Anton Brender, Cercle des économistes
  • La régulation prudentielle en Europe : un chantier mal engagé, Michel Aglietta, Cercle des économistes
  • Pour une relance européenne du capital-risque, Henri Guillaume, Cercle des économistes

Témoignages

  • Jean-François Théodore, Euronext
  • Jacques-Henri David, Deutsche Bank
  • Philippe Wahl, CNCE
  • Philippe Lagayette, J.P. Morgan
  • Christian Noyer, Banque de France

Libérer la croissance en Europe

  • Institutions économiques européennes : les modifications nécessaires, Patrick Artus, Cercle des économistes
  • Les contraintes structurelles à la croissance : une perspective historique, Pierre Dockès, Cercle des économistes
  • Obstacles à la croissance : fausses pistes et voies sans issue, Jean-Paul Betbèze, Cercle des économistes
  • Concilier croissance et équité grâce à des marchés du travail efficaces, Pierre Cahuc, Cercle des économistes
  • Les délocalisations, une chance pour renforcer la compétitivité de l’union européenne, Charles-Albert Michalet, Cercle des économistes

Témoignages

  • Laurent Gouzènes, STMicroelectronics
  • Philippe Lemoine, Galeries Lafayette
  • Jean-Luc Gaffard, Université de Nice

Le rêve européen : dialogue et confrontation avec les Etats-Unis

Le 11 septembre, un détonateur sur un terrain préparé, Hubert Védrine
De l’utilité du dialogue en période d’unilatéralisme, Jacques Mistral, Cercle des économistes
Jean Pisani-Ferry, Cercle des économistes

Témoignages

  • Jean-Louis Gergorin, EADS
  • Horst Siebert, Institut de Kiel
  • Jim Adams, Université du Michigan

Conclusion

  • Jean-Hervé Lorenzi

Les Thématiques