Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

« Quoi qu’il en coûte »… jusqu’à quand ?

 




 

« Quoi qu’il en coûte »… jusqu’à quand ?

Évaluer et gérer les contraintes de nos dettes publiques. Voilà un programme ambitieux pour le nouveau quinquennat… et probablement les suivants, vu l’ampleur de la tâche. Cette perspective est-elle au moins à l’esprit de nos dirigeants à l’heure du « quoi qu’il en coûte », des incertitudes internationales, des plans de soutiens massifs aux économies face à la pandémie et la guerre ?

Face au dérapage de notre endettement public, il y a urgence. Mais selon l’auteur de cette note, il ne faut pas se tromper de débat. Il convient surtout de s’interroger sur la soutenabilité de la dette. Il faut ensuite définir précisément la capacité d’un État à la rembourser.

Après quelques rappels historiques nécessaires pour comprendre la conduite actuelle des politiques monétaires, Jean-Paul Pollin explique pourquoi le taux d’endettement ne peut être un indicateur fiable de la solvabilité d’un État. Il en démontre la logique sous forme d’aide à l’action, sans parti-pris, intégrant la dimension européenne du sujet. Concluant cette analyse, il dresse un constat à l’attention des décideurs : nous ne résoudrons pas le problème de la dette sans croissance.

 

 


 

Réagissez aux propositions

 

 

 

 

 

 

 

Les Thématiques