fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Remaniement… des finances locales

mairieL’heure des choix. Les Français on voté, l’exécutif a entendu. Remaniement ou changement de gouvernement, la sémantique n’y fera rien, les réformes économiques s’annoncent drastiques. Parmi les réformes attendues figure celle du financement des collectivités locales. «  Une épée de Damoclès pèse sur les finances locales, une réduction très importante des concours de l’Etat (54,3 Md€ en loi de finances 2014) est en gestation », annonce Alain TRANNOY dans une tribune publiée par Boursorama.

Les pistes possibles. Selon le Directeur de l’Ecole d’Economie d’Aix-Marseille, « trois pistes s’ouvrent pour les nouveaux élus pour faire face à cette nouvelle donne ». La première est la réduction des investissements, mais « ce n’est pas a priori une politique que devrait encourager l’Etat car très pénalisante sur le plan macroéconomique ». La deuxième option, selon Alain TRANNOY, est d’augmenter l’autofinancement, donc les impôts. « La tentation peut être également de relever les impôts pesant sur les entreprises qui ont eu tendance à augmenter relativement vite depuis le remplacement de la taxe professionnelle par la contribution économique territoriale (CET) », souligne l’économiste.

Rationaliser à l’échelon local. Rationalisation des dépenses de fonctionnement sur l’ensemble du bloc communal. Voilà, aux yeux d’Alain TRANNOY, une troisième composante possible de la botte secrète du gouvernement. « Cette voie doit être encouragée par l’Etat  », insiste l’économiste qui détaille son propos sur Boursorama.com. Le nouveau mandat que les français viennent de confier aux élus ne sera pas un long fleuve tranquille. Les premiers mois, voire les prochaines semaines, seront décisives. L’urgence du rééquilibrage impose une action rapide.

Les Thématiques