fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Réserve fédérale américaine : le changement dans la continuité

fed-logoPolitique monétaire proactive. Barack OBAMA a confirmé Janet Yellen comme prochaine Présidente de la Réserve Fédérale Américaine. Elle prendra son poste en janvier prochain. C’est le signe de la poursuite de l’actuelle politique monétaire des Etats-Unis. Selon André CARTAPANIS, « l’arrivée de Janet Yellen ne va pas changer énormément la donne. Cette économiste de renom a toujours été attachée à une politique monétaire qui accorde un rôle très important au soutien de l’activité économique, pas uniquement à la question de la dérive des prix  ». C’est l’idée selon laquelle «  la politique monétaire doit être extrêmement proactive. Il s’agit de réagir de façon régulière en menant une politique de taux, de nature à favoriser le soutien de l’activité économique réelle ».

Continuité. Première Présidente démocrate de la FED depuis le départ de Paul Volcker en 1987, Madame Yellen va poursuivre – au moins pendant un temps – la politique dite « accommodante » qui consiste à injecter 85 milliards de dollars par mois dans le système financier pour soutenir l’économie. « Les injections massives de liquidités qui datent de la crise et qui se poursuivent, corrélées à des taux proches de zéro, visent à éviter tout accident de trésorerie des banques  » en cas de coup dur, explique André CARTAPANIS.

La fin justifie les moyens. La crise n’est pas derrière nous. Ces liquidités qu’elle créé, la FED les prête aux banques qui remboursent à court terme. « Un possible effet pervers est de voir cet argent partir dans la spéculation dans les pays émergents. Mais ne pas prêter aux établissements financiers serait prendre le risque de mettre ces derniers dans une extrême difficulté  », insiste l’économiste. Sans parler du risque de credit crunch et du ralentissement de la politique du crédit aux entreprises. Dès lors, un contrôle s’impose , mais « quand une banque centrale prête à une banque commerciale, elle ne peut pas mettre un policier ou un contrôleur derrière chaque guichet pour éplucher les bilans et voir les éventuelles créances douteuses. Cela, ce n’est pas de la politique monétaire, c’est de la politique prudentielle  », prévient André Cartapanis. Combattre ce fléau tout en continuant à accompagner le retour de la croissance… Janet Yellen a du pain sur la planche.

Les Thématiques