Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Investissement, rythme de l’histoire du monde

couv Actes 2014 bonQuiconque jette un regard sur deux siècles d’expansion du capitalisme à l’échelle du globe est fasciné par le caractère tumultueux d’un développement que rien, à certaines époques, ne semble devoir brider. Notre investissement est le fer de lance de ces périodes de croissance ; c’est lui qui ouvre sans cesse de nouveaux marchés, crée de nouveaux emplois, introduit de nouvelles technologies. Mais cela n’a qu’un temps. La croissance n’est jamais linéaire ; les discontinuités, ce sont les cycles, l’inflexion durable de la tendance haussière, l’état stationnaire ou la dépression ; et c’est à nouveau l’investissement qui est en cause, il n’y a pas de croissance forte et stable reposant sur la consommation ou sur une demande venue « d’ailleurs ». La session inaugurale a pour but de brosser cette perspective à grands traits. On tâchera d’abord de repérer les grands moments de cette histoire longue en écartant toute interprétation mécaniste. On analysera les ressorts de cette dynamique en faisant la part de l’innovation, de la rentabilité, du financement, du contexte culturel et politique. On s’efforcera enfin de décrire où nous en sommes après une période sans précédent marquée d’abord par les Trente Glorieuses puis par trente années de mondialisation.

 

Avec les contributions de :

  • Jacques Mistral : « Réinterroger la notion de progrès »
  • Kevin O’Rourke : « L’innovation technologique, source ultime de la croissance »
  • Yossi Vardi : « Financial Incentives will not do the job »
  • Paul Bruckner : « Nous sommes des croyants dégrisés »
  • François Lenglet :  modérateur

Accéder à l’intégralité de la session en pdf

Les Thématiques