30 universitaires et une conviction : l'importance d'un débat ouvert et accessible

Pourquoi le climat va changer le capitalisme

Jacques Mistral

Jacques Mistral

Mobilisation. Plus de 250 entreprises du monde entier viennent de se réunir au siège de l’Unesco à Paris pour préparer la « COP 21 », la grande conférence climatique qui se tiendra en France entre fin novembre et début décembre 2015. La prise en compte de l’environnement peut-elle faire évoluer le capitalisme ? C’est la question que pose l’économiste Jacques Mistral dans un livre à paraître au mois de juin aux Editions Eyrolles : « Le climat va-t-il changer le capitalisme ? ». « Poser cette question revient à s’interroger sur les choix économiques, financiers et de gestion qu’impose le réchauffement climatique que plus personne ne le conteste », reconnaît l’économiste.

Entre business et source d’économies. L’objectif des dirigeants d’entreprises est de peser sur les négociations des grandes conférences internationales dont la COP 21 (la Conférence des parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques) que, selon Jacques MISTRAL, « la France est la seule à avoir eu le courage d’organiser après l’échec du sommet de Copenhague en 2009 ». C’est un enjeu énorme pour Paris sur les plans politique et économique. L’économiste insiste sur le fait que « pour les entreprises, ce n’est pas qu’une question de bonne volonté. Elles ne vont pas participer à la lutte contre le réchauffement uniquement parce que c’est une idée séduisante. Elles le feront à condition de travailler dans un cadre où la concurrence est organisée équitablement  ».

Prix du carbone. C’est l’autre enjeu crucial. Combien doit coûter la tonne de carbone rejetée par les entreprises polluantes ? La question n’est toujours pas tranchée. D’autant que le prix n’est pas la seule variable. « C’est aussi le contexte institutionnel qui va s’instaurer et dans lequel ce prix deviendra un signal impératif pour les décideurs économiques », insiste Jacques MISTRAL. Et l’économiste d’ajouter : « nous sommes aujourd’hui devant la perspective d’un changement de même ampleur que la révolution industrielle et sociale qui s’est produite au XIXème siècle avec la productivité et les droits sociaux  ». Autant de raisons qui obligent la France à réussir l’examen COP 21.

Les Thématiques