30 universitaires et une conviction : l'importance d'un débat ouvert et accessible

Ce qu’oublie la Loi Macron

Loi MacronAmélioré. A peine présenté en conseil des ministres par son géniteur, le projet de loi ‘’pour la croissance et l’activité’’ d’Emmanuel Macron devra faire l’objet de modification… du moins selon les souhaits de certains parlementaires, très critiques à l’égard d’un texte jugé trop libéral. Pour sa part, l’économiste David THESMAR estime que le gouvernement ne va pas assez loin : « De la dialectique stérile entre relance et austérité, le débat économique s’est insensiblement recentré sur la lutte plus concrète contre les frictions inutiles qui brident l’économie : loi de simplification, loi Macron, révision du compte pénibilité, etc… ». Trop général, pas assez micro-économique.

Vieilles recettes inadaptées. On sait que l’essentiel des créations d’emplois en France vient des PME et ETI. A ce titre, ces dernières devraient faire l’objet de toutes les attentions. Selon David THESMAR, « le danger serait de persévérer dans un traitement macro, à l’ancienne, de cette question. Les solutions qui consistent à arroser les PME de prêts publics correspondent à une subvention inavouée, coûteuse pour le contribuable ». « Plutôt que de s’obstiner à flécher l’épargne comme en économie planifiée, l’Etat devrait améliorer la transparence sur le marché du crédit pour en augmenter l’offre », préconise l’économiste.

Fichage positif. La boîte à outils de David THESMAR est bien fournie. Une des mesures préconisées repose sur le principe du verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. En France, seuls les incidents ‘’négatifs’’ (défauts de paiement) sont rendus publics. Pourquoi ne pas privilégier un fichier ‘’positif’’ ? « Prêter, c’est faire confiance à un individu plus qu’à une entreprise. Il faut donc faciliter cette relation », estime David THESMAR. L’économiste souligne que le fichier positif « permet à un individu, qui a, par le passé, réussi à rembourser des sommes importantes sans accroc, de le prouver facilement ». Mettre en place un tel système supposerait de surmonter l’inquiétude du public sur le fichage et de veiller à l’offensive des groupes de pression. Mais qui ne tente rien n’a rien.

Les Thématiques