Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Debrief éco – 2019

Retrouvez depuis 2 ans, le Cercle des économistes sur Franceinfo tous les dimanches de 19h10 à 19h30 pour le Débrief éco .

[Retrouvez les émissions de 2018 ici ]

Y participent,  un membre du Cercle des économistes et un représentant de Think tank, institut de réflexion, organisation citoyenne, faisant parti de notre dispositif, les « Voix de l’Economie ».

Emmanuel Cugny, éditorialiste à franceinfo,  anime cette émission également en live sur le site internet franceinfo.fr

L’émission est découpée en 2 parties : 8 minutes qui permettront de revenir sur un événement économique marquant de la semaine et environ 10 minutes sur un sujet de prospective.

G20 et Dette publique
30/06/2019

Christian Saint-Etienne,  membre du Cercle des économistes, Titulaire de la Chaire d’économie industrielle au CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers)

Aurélie Trouvé, porte-parole du mouvement ATTAC, enseignante en économie

 

G20 – grand-messe utile ou rendez-vous manqué ?    

Dette publique, la Cour des comptes a-t-elle raison de blâmer Macron?

La dette publique de la France s’est établie à 2.358,9 milliards d’euros à la fin du premier trimestre, atteignant 99,6% du PIB, en hausse par rapport au trimestre précédent, selon l’Insee.  Rapportée à la richesse nationale, la dette de l’ensemble des administrations publiques, mesurée selon les critères de Maastricht, s’est accrue de 43,6 milliards par rapport à fin 2018, quand elle représentait 98,4% du PIB (2.315 milliards d’euros). La publication de ces chiffres est intervenue trois jours après la sévère mise en garde de la Cour des comptes, qui s’est inquiétée d’une possible dérive des finances publiques, fragilisées par les dépenses et baisses d’impôts annoncées depuis la crise des « gilets jaunes ».

La Cour des comptes a-t-elle raison de blâmer le président de la République ? La trajectoire est-elle réellement dangereuse ? Comment rectifier le tir ? Est-il encore temps ? Quelles conséquences pour le quotidien des Français ?…

https://dai.ly/x7c81h7
chômage et Libra
23/06/2019

Jean-Hervé Lorenzi, Président du Cercle des économistes

& Olivier Babeau, President-Fondateur de l’institut Sapiens

Libra, faut-il démanteler Facebook, nouvel État monétaire ?

(En créant sa propre cryptomonnaie, Facebook devient-il un État dans l’Etat ? Doit-on laisser faire ? Risques et/ou opportunités ? Les cryptomonnaies  menacent-elles la souveraineté des Nations ? Les autorités monétaires doivent-elles réagir ? Comment ?…).

 chômage, pouvoir d’achat : comment renouer avec la confiance ?

(La réforme du chômage présentée cette semaine va-t-elle dans le bon sens ? Répond-elle aux enjeux de l’employabilité ? Est-elle de nature à redonner confiance aux Français ? Peut-on réellement renouer avec la confiance, moteur économique et social clef ?).

https://www.dailymotion.com/video/x7bqwnb
Europe & Politique Générale France
16/06/2019

Jean Pisani-Ferry, membre du Cercle des économistes, Professeur à la Hertie School of Governance de Berlin

Aurélie Trouvé, porte-parole du mouvement ATTAC, enseignante en économie

Edouard Philippe, vraie politique générale ou simple discours ?    

Mercredi, le Premier ministre, Edouard Philippe, a obtenu une large confiance de l’Assemblée nationale sur sa deuxième déclaration de politique générale (363 voix pour, 163 contre et 47 abstentions), une adhésion toutefois en très léger recul par rapport à 2017. Fiscalité, écologie, immigration, social… le chef du gouvernement a détaillé « l’acte II du quinquennat », qu’il a placé sous le signe de l’urgence. Sur les sujets sociaux, Edouard Philippe a confirmé un « bonus-malus » en matière d’assurance-chômage, mais limité aux 5 à 10 secteurs utilisant le plus de contrats courts. En matière de retraites, l’âge légal sera maintenu à 62 ans, mais un « âge d’équilibre » sera défini en dessous duquel s’appliquera une décote et au-delà une surcote pour les pensions.

Lecture économique du DPG du PM… vraie réponse à la grogne ? Vraie réponse aux besoins et enjeux du pays ? Politiquement tenable ? Avancées ou reculs ? Pas de détails sur le financement… quid ? Vs engagements européens ?

Europe : vers un budget propre à la zone euro. Pour quoi faire ?

Un accord est intervenu dans la nuit de jeudi à vendredi sur un futur budget pour la zone euro. Réunis à Luxembourg, les ministres européens des Finances ont réussi à établir en commun les grandes lignes d’un budget unique pour l’Eurogroupe… destiné à faire converger les économies des 19 pays membres. La création d’un budget propre à la zone euro était un projet phare du président de la République Emmanuel Macron. Obtenu après 12 heures de discussions, le texte sera présenté la semaine prochaine aux chefs d’Etats et de gouvernements réunis en sommet à Bruxelles.

Qu’est-ce que ce budget par rapport à celui, que l’on connaît, de la Commission européenne ? Pourquoi un budget propre à la zone euro ? Quels changements en attendre ? Plus de coopération entre les 19 pays membres ? Comment faire converger les 19 économies de la zone euro ? Quels outils (politique monétaire, union bancaire, etc.) ? Les points de désaccord persistants ?

PDF
Attractivité et chômage
09/06/2019

Agnès Bénassy-Quéré, membre du Cercle des économistes, Professeur à l‘Ecole d’Economie de Paris

Marc-Olivier Padis, directeur des études du groupe de réflexion Terra Nova

Attractivité, pourquoi la France a tant de succès ?    

La France s’est imposée l’an dernier comme la première destination européenne pour les investissements dans l’industrie et la R&D, selon un baromètre publié mardi. Tous secteurs confondus, le cabinet EY recense 1.027 projets d’investissements internationaux en France (+1% sur un an), qui rattrape presque le Royaume-Uni avec 1.054 projets, en baisse de 13%, et passe devant l’Allemagne qui en dénombre 973 (également -13%). Dans un contexte général de baisse du nombre de projets d’investissements directs étrangers en Europe, la France résiste aux chocs. Le nombre d’emplois industriels créés dans l’hexagone a en effet enregistré un petit rebond en 2017 et 2018 après une longue période de baisse, même si les suppressions de postes se succèdent encore, comme celles, au nombre d’un millier, annoncées récemment chez General Electric.

Explication ? Qu’est-ce qui permet à la France de faire mieux que l’Allemagne ? Impact sur les créations d’entreprises (cf. dernière étude d’Euler-Hermès) ? Comment transformer l’essai et en faire une situation pérenne ? Investir dans quels secteurs ? Est-ce que cela conforte les signaux d’un réveil industriel dans l’Hexagone ?

Elle le doit aux implantations industrielles internationales, pour lesquelles elle caracole en tête du classement de 48 pays européens avec 339 projets recensés l’an dernier, contre 203 pour la Turquie et 152 pour l’Allemagne.

Chômage : faut-il durcir les conditions d’indemnisation ?

Le Premier ministre, Edouard Philippe, prononce un discours de politique général mercredi prochain à l’Assemblée nationale. L’occasion pour le chef du gouvernement de passer en revue les différentes réformes en cours ou à venir… dont celle du régime d’assurance chômage. Cette dernière pourrait être présentée avant fin juin. Si l’application du bonus-malus appliquée aux entreprises pour les contrats courts est en bonne voie, Matignon va-t-il durcir les conditions d’accès à l’indemnisation ? La piste semble bel et bien sérieuse.

Faut-il durcir les conditions d’indemnisation des demandeurs d’emplois ? Si oui, à quel niveau ? Tous les publics doivent-ils être visés ? Réelle efficacité ? Risque politique ? Benchmark européen… comment ça marche ailleurs ?

https://www.dailymotion.com/video/x7anyrr
Rapprochement Renault & Europe
02/06/2019

Christian de Boissieu, vice-président du Cercle des économistes, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Xavier Ragot, président de l’OFCE (l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques)

Renault Fiat Chrysler, et si Renault passait sous contrôle italien ?    

C’est l’annonce industrielle de la semaine : un projet de rapprochement entre Renault, et Fiat-Chrysler, ce qui créerait un nouveau géant automobile mondial. La proposition d’un rapprochement à 30 milliards d’euros entre les groupes a enthousiasmé les investisseurs, obtenu l’appui conditionnel de la France et de l’Italie, et même un soutien prudent de la part des syndicats. Mais sous ce vernis, la tentative audacieuse de créer le troisième constructeur auto de la planète n’est pas à l’abri d’une ornière politique, en raison des relations tendues entre le président europhile, Emmanuel Macron, et les dirigeants eurosceptiques italiens.

Ce projet d’alliance stratégique va-t-il permettre de tourner la page Carlos Ghosn ? Quelle stratégie industrielle ? Opportunités ou risques pour le groupe français ? L’idée venant des italiens, la famille Agnelli pourrait-elle prendre les rènes du nouvel ensemble et contrôler ainsi Renault ? Est-ce une prise de contrôle rampante ?…

Europe : qui pour présider à Bruxelles ?

Après les élections, les patrons. Les négociations sur les postes européens les plus importants, qui seront tous à pourvoir dans les prochains mois, ont commencé mardi lors d’un conseil européen informel à Bruxelles. La réunion a mis en lumière une divergence entre Angela Merkel et Emmanuel Macron sur la présidence de la Commission européenne. La chancelière a une nouvelle fois soutenu la candidature du conservateur allemand Manfred Weber, tête de liste du Parti populaire européen (PPE), qui reste la première force au Parlement de Strasbourg après les élections achevées dimanche. De son côté, le président français a cité trois autres noms et insisté sur la force et le charisme que devra posséder le successeur de Jean-Claude Juncker – qui quittera ses fonctions le 31 octobre.

Commission européenne, Banque centrale européenne, autorités de régulation… qui sont les candidats ? Comment vont se répartir les rôles ? Quelles perspectives et équilibres politiques et économiques offrent les différents futurs impétrants ? La Commission européenne peut-elle être dirigée par un président dont le pays n’appartient pas à la zone euro (cf. la danoise Margrethe Vestager) ?  

https://www.dailymotion.com/video/x7a3tma
FrenchTech & Croissance et emploi
19/05/2019

FrenchTech : financer l’innovation ou innover son financement

Croissance et emploi : comment intégrer le vieillissement de la population ?

 

Avec Jean-Hervé Lorenzi, Cercle des économistes et Laurent Bigorgne, Institut Montaigne

 

https://www.dailymotion.com/video/x78rjow
ADP et privatisation & économie Mondiale
12/05/2019

avec Christian de Boissieu vice-président du Cercle des économistes et Aurélie Trouvé, ATTAC

Les futures privatisations au risque du RIP ?    

Jeudi soir, le Conseil constitutionnel a donné son feu vert à la proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) de parlementaires opposés à la privatisation d’Aéroports de Paris. Cela ouvre la voie à la poursuite d’un long processus, inédit, pouvant conduire à la consultation de la population. Effet immédiat de ce verdict : il n’y aura aucune décision sur la privatisation pendant le délai de la procédure du RIP. Bruno Le Maire croit toujours au bien-fondé de la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) mais attendra la fin de la procédure de neuf mois du référendum avant de lancer l’opération.

La privatisation d’ADP est-elle, de fait, enterrée ? Le RIP présente-t-il un risque pour les autres privatisations prévues ? Pourquoi autant e contradictions autour d’ADP ? Après les autoroutes, les politiques = chats échaudés craignent l’eau froide ? Remise en question de la stratégie budgétaire d’Emmanuel Macron ?

Trump peut-il réellement mettre le feu à l’économie mondiale ?

Le Fonds Monétaire International (FMI) estime qu’un conflit commercial « prolongé » entre les Etats-Unis et la Chine constituait « une menace pour la croissance mondiale ». Outre le dossier chinois, Washington vient aussi de jeter de nouveau de l’huile sur le feu sur le dossier iranien. Le président américain, Donald Trump, estime que les Iraniens s’étaient montrés « très menaçants », sans autres précisions, pour expliquer sa décision d’envoyer un porte-avions et plusieurs bombardiers B-52 dans la région.

Peut-on réellement parler d’escalades de tensions ? Que cherche Donald Trump ? Les chances de sauver l’accord sur le nucléaire conclu en 2015 avec Téhéran sont-elles compromises ? Quel impact pour l’économie mondiale et la croissance ? Quid des grands enjeux géo-économiques ? L’Europe peut-elle faire quelque chose ? (Les Européens éprouvent un sentiment d’impuissance face à la volonté de Donald Trump de renverser le régime au pouvoir à Téhéran, car ils n’ont aucune influence sur le président américain et sont jugés peu crédibles à Téhéran en raison de leur incapacité de compenser les conséquences des sanctions américaines sur l’économie iranienne)

https://www.dailymotion.com/video/x784xlx
 L’investissement repart en France & Mobilisation pour l’emploi
05/05/2019

Christian Saint-Etienne, membre du Cercle des économistes, titulaire de la Chaire d’économie industrielle au CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers)

Denis Ferrand, directeur général de l’institut de conjoncture REXECODE

L’investissement repart en France : mirage ou réalité ?    

La croissance française a résisté début 2019 au ralentissement économique mondial, grâce notamment aux mesures d’urgence votées sous la pression des « gilets jaunes ». Entre janvier et mars, la consommation des ménages a grimpé de 0,4%, alors qu’elle avait marqué le pas au trimestre précédent. Mais l’économie française a surtout bénéficié au premier trimestre d’un niveau élevé d’investissements. Sur les trois premiers mois de l’année, ces derniers ont progressé de 0,3%, portés par l’investissement des entreprises (+0,5% après +0,4% fin 2018).

Feu de paille ou tendance de fond ? Quelles sont les conditions pour rendre cette tendance pérenne ? Comment renforcer le terrain favorable à l’investissement ? Quel peut être l’impact des mesures fiscales envisagées par le gouvernement ? Quelles leçons pour la conjoncture française et les perspectives d’emplois ?

 

Mobilisation pour l’emploi : quel rôle pour les régions ?

Edouard Philippe lance lundi 6 mai « la mobilisation nationale et territoriale pour l’emploi ». Il s’agit de réunir l’ensemble des acteurs concernés, partenaires sociaux, organisations syndicales, organisations patronales, associations d’élus, associations qui accompagnent la transition énergétique… pour réfléchir collectivement au niveau national, puis localement au niveau territorial, à la façon d’organiser la mobilisation contre le chômage de masse et accompagner les transitions écologiques.

Le chômage de masse est-il une fatalité en France ? Le plein emploi est-il possible (quel niveau) ? Quels sont les leviers locaux ? Comment mieux valoriser les bassins d’emploi ? Bref : quelle place les régions et les territoires peuvent et doivent occuper dans la mobilisation pour l’emploi ? Exemples concrets pour alimenter le débat…

https://www.dailymotion.com/video/x77hooo
Annonces Grand Débat
21/04/2019

Macron a-t-il répondu à la colère économique et sociale ?    

Référendum d’initiative citoyenne, baisse des impôts, retour de l’ISF : lors de sa conférence à l’Elysée jeudi dernier, le PR Emmanuel Macron a salué les « justes revendications » à l’origine du mouvement des « gilets jaunes ». Le chef de l’Etat a répondu à certaines de leurs demandes, mais pas à toutes. Pas de mise en place du RIC, pas de rétablissement de l’ISF… que penser du programme destiné à accompagner le « deuxième acte » du quinquennat ? Quelle est la mesure la plus significative aux yeux des économistes ? Aurait-il dû prendre d’autres décisions ?  Retraites, impôts, fonctionnaires… le bilan est-il bon, et l’objectif tenable ?

 

Et l’argent dans tout cela ?

Le gouvernement a commencé à plancher sur les annonces d’Emmanuel Macron pour mettre en musique des mesures fiscales et sociales censées répondre à la crise des « gilets jaunes. Les ministres doivent définir la méthode et le calendrier lors d’un séminaire « inédit » lundi, réunissant le gouvernement ainsi que les présidents des groupes de la majorité et des commissions au Parlement autour du Premier ministre Edouard Philippe. Mais comment financer toutes ces mesures ? Entre baisses d’impôts, réindexation des retraites sur l’inflation… les mesures d’économies envisagées – comme la suppression de certaines niches fiscales – suffiront-elles à financer le programme ? Pourquoi le PR n’a pas été plus précis dans les chiffrages ?

https://www.dailymotion.com/video/x76v3fb
Retraites et France
21/04/2019

« Croissance : pourquoi la France fait mieux que l’Allemagne, et jusqu’à quand ? »

Pour la première fois depuis 13 ans, la croissance française devrait dépasser cette année celle de son voisin d’outre-Rhin. Le gouvernement allemand a nettement abaissé mercredi sa prévision de croissance pour cette année, à 0,5%, loin du 1% encore attendu.  « La phase de faiblesse que traverse actuellement l’économie allemande doit servir de signal d’alarme », a commenté le ministre, Peter Altmaïer.   1% de croissance en Allemagne contre 1,3 pour la France… sans se réjouir du malheur des autres, on peut se demander si cette situation positive pour la France va durer longtemps ?! A quelles conditions ?

« Retraite et gestion du grand âge : Macron peut-il faire des miracles ? »

Dans son allocution initiale, annulée en raison de l’incendie de Notre-Dame de Paris, et dont franceinfo a pu prendre connaissance, le chef de l’Etat prévoit une réindexation sur l’inflation  des pensions de retraite inférieures à 2000 euros. Dans le budget 2019, une hausse de 0.3% des pensions était prévue (bien loin du niveau de l’inflation estimée à 1,6%). Que penser de cette mesure ?… Plus loin, quelles questions pose le vieillissement de la population française ? Comment gérer le « Grand âge »… plus loin que la question comptable des retraites, comment avancer dès aujourd’hui sur la solidarité intergénérationnelle ?

Avec jean-Hervé Lorenzi, Président du Cercle des économistes et Emmanuel Jessua, Rexecode

 

PDF
Privatisation & Italie
14/04/2019

Agnès Bénassy-Quéré, membre du Cercle des économistes, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Aurélie Trouvé, porte-parole du mouvement ATTAC, enseignante en économie

ADP, FDJ… les prochaines privatisations ont-elles du sens ?Le Parlement a définitivement adopté jeudi le projet de loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises). Les dispositions les plus emblématiques du texte mettent sur les rails un vaste programme de cession d’actifs en ouvrant la voie aux privatisations d’ADP et de la Française des Jeux (FDJ), ainsi que la diminution de la participation de l’Etat dans Engie. Principale pomme de discorde, le projet de privatisation d’ADP – dont l’Etat détient 50,6% à l’heure actuelle – qui doit prendre la forme d’une concession limitée à 70 ans. Près de 250 députés et sénateurs issus des rangs de l’opposition de droite comme de gauche ont déposé une proposition de loi visant à organiser un référendum d’initiative partagée (RIP) au sujet de ce projet. Bruno Le Maire a vivement dénoncé dans l’hémicycle cette initiative qui selon lui vient « faire le jeu des populismes et alimenter la contestation de la démocratie parlementaire ».

L’offensive commune des parlementaires menace-t-elle la suite des opérations ? Faut-il poursuivre les privatisations ? Ont-elles du sens (financer l’innovation) ? L’Etat apparait-il ici comme un bon gestionnaire de ses participations publiques ?…

Promesses de campagne : l’Italie au pied du mur budgétaire et danger pour la zone euro ? Le gouvernement populiste italien, confronté à une croissance en berne, vient de relever ses prévisions de déficit public, tablant désormais sur 2,4% du PIB en 2019, ce qui risque de déclencher un nouveau bras de fer avec Bruxelles. Ce chiffre est en effet exactement celui que la coalition avait fixé initialement l’an passé et auquel la Commission s’était vivement opposée. Rome avait finalement accepté de le réduire à 2,04% après plusieurs mois d’âpres discussions.  Mais face au ralentissement de l’économie italienne, dans un contexte mondial compliqué et avec une demande intérieure en berne, la coalition, formée de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement 5 étoiles (antisystème), a choisi la voie d’une nouvelle épreuve de force. La faute à la croissance en berne: le PIB italien ne devrait croître que de 0,2% en 2019, contre 1% prévu précédemment. En conséquence, la dette publique, déjà colossale (2.300 milliards d’euros), va continuer de progresser. Elle doit atteindre 132,6% du PIB en 2019.

Quel est le véritable état de l’économie italienne aujourd’hui ? Le pays va-t-il dans le mur ? Va-t-il pouvoir financer ses promesses de campagne (dont un revenu minimum de citoyenneté) ? Faire marche-arrière ou atténuer le programme peut-il déclencher des mouvements sociaux ? L’équilibre précaire et la gestion politique à Rome sont-ils une menace à court terme pour la zone euro ? Quelle attitude doit avoir Bruxelles vis-à-vis du pouvoir en place à Rome : ne pas bouger au risque de laisser le pays s’enfoncer, ou bouger au risque de renforcer le populisme et le sentiment anti-européen ?

https://www.dailymotion.com/video/x75u0pn
Retraite et Grand Débat
07/04/2019

– Retraites chapeaux, peut-on vraiment réguler ?

– Grand débat : vers une réinitialisation du logiciel Macron ?

avec Christian de Boissieu, Cercle des économistes et Gilles Finchelstein, Jean Jaurès

https://www.dailymotion.com/video/x75fefc
Prime Macron & Brexit
31/03/2019

Jean Pisani-Ferry, membre du Cercle des économistes ; professeur à la Hertie School of Governance de Berlin & Laurent Bigorgne, directeur du think tank Institut Montaigne

Prime Macron, stop ou encore ?

La prime Macron prend fin dimanche. Lors de son instauration dans le cadre de la loi « gilets jaunes » du 26 décembre 2018, il était convenu que la prime exceptionnelle de fin d’année annoncée par le président de la République soit versée par les entreprises désireuses de la faire jusqu’au 31 mars. Une prime de 1000 euros maximum et défiscalisée… quel impact réel sur le pouvoir d’achat ? Faut-il la pérenniser ou la remplacer par un mécanisme équivalent ? Quel bilan tirer de cette mesure ?

Brexit : vers un nouveau referendum ? 

 

https://www.dailymotion.com/video/x7528f4
Croissance et Retraintes
24/03/2019

Avec David Thesmar, Membre du Cercle des économistes et Benjamin Coriat, Membre des Économistes Attérrés.

Croissance économique : merci les « gilets jaunes » ?

La croissance française devrait atteindre 0,4% au premier comme au deuxième trimestre 2019, selon les dernières prévisions communiquées par l’Insee en milieu de semaine. L’institut de la statistique estime que l’économie française, jusqu’ici moins exposée que d’autres aux turbulences du commerce mondial, et stimulée par une politique budgétaire plus expansionniste qu’envisagé il y a quelques mois, pourrait tirer au moins ponctuellement son épingle du jeu.

Légèrement meilleure que prévue, l’évolution du PIB a-t-elle profité des mesures décidées par le gouvernement pour calmer la grogne des premiers « gilets jaunes ». Les 10 milliards d’euros débloqué en décembre par le président de la République se retrouvent-ils déjà dans l’économie réelle ? Quid du rôle de l’impact de la suppression des charges salariales, de la revalorisation du Smic, de la défiscalisation des heures supplémentaires, de la prime exceptionnelle défiscalisée qui à déjà profité à 2 millions de salariés (plus d’un milliard d’euros ont déjà été lâchés par les entreprises). Cette tendance est-elle pérenne ou est-ce un simple feu de paille conjoncturel ?

Retraites : travailler plus vieux pour gagner plus ?

Difficile d’y voir clair dans la réforme des retraites qui se prépare. Un jour, la ministre en charge du dossier, Agnès Buzyn, évoque la possible mise sur la table du report de l’âge de départ. Hors de question dit, le lendemain, le Haut-commissaire à la Réforme, Jean-Paul Delevoye. Le surlendemain, la ministre tente de justifier une mauvaise interprétation de sa déclaration… puis, arrive le Premier ministre Edouard Philippe  qui exclut de modifier l’âge légal de départ à la retraite, tout en jugeant normal de se poser la question d’un allongement de la durée du travail.  La mise au point teintée d’ambiguïté du PM ne dispensera par le Haut-commissaire à la réforme, Jean-Paul Delevoye, de devoir déminer le terrain concernant cette question placée sur le devant de la scène à de multiples reprises par l’exécutif ces derniers jours, soulevant l’ire des syndicats.

Vient-on d’assister au lancement d’un nouveau ballon d’essai ? Le gouvernement sait-il réellement où il veut aller ? Pourquoi cette cacophonie ? Sur le fond : la réforme des retraites peut-elle se passer d’un report de l’âge de départ ? Est-ce que cela fait sens sur le plan économique ? L’avenir du régime est-il assuré sans cette mesure ? Simple polémique ou nœud gordien de la réforme ?

https://dai.ly/x74qyu6
Unédic & Chine
17/03/2019

Réforme de l’Unédic : créer des emplois ou assurer le chômage ? – Nouvelles Routes de la Soie : la Chine veut-elle la peau de l’Europe ?

Avec Christian Saint-Etienne, Cercle des économistes  et Marc-Olivier Padis, Terra Nova

https://www.dailymotion.com/video/x74dqws
Zone € & Réforme des retraites
10/03/2019

Zone € : vraie récession ou simple coup de froid ? – Réforme des retraites: vers des régimes très spéciaux ? Avec Jean-Hervé Lorenzi et Aurélie Trouvé, ATTAC

Zone euro : récession ou simple coup de froid ?  

Jeudi, la Banque centrale européenne a décidé de renforcer son soutien à l’économie de la zone euro.  Le président de la BCE, Mario Draghi, a rouvert sa boîte à outils tout en peignant un tableau assez sombre de la croissance économique. Selon lui, la croissance de la zone euro ne devrait pas dépasser 1,1% cette année, contre 1,7% prévu initialement (0.6 point de moins). Comme la zone euro est très dépendante du commerce international, elle subit depuis plusieurs mois des risques de plus en plus importants (des tensions protectionnistes aux inquiétudes géopolitiques, en passant par le Brexit et les turbulences dans certains pays émergents). D’où l’intervention de la Banque Centrale Européenne qui préfère prévenir que guérir : elle ne va pas toucher à ses taux d’intérêt, au moins jusqu’à la fin de cette année ; puis elle va prêter aux banques de nouvelles masses d’argent importantes pour les réinjecter dans l’ « économie réelle », sous forme de crédits, pour permettre aux acteurs économiques d’emprunter et d’investir.

De quoi souffre la zone euro ? Est-elle menacée de récession ? L’initiative de la BCE est-elle utile (nouveau coup d’épée dans l’eau ?) ; Ces masses d’argent de nouveau déversées ne risquent-elles pas d’alimenter la spéculation ? Pendant combien de temps la BCE va soutenir ainsi l’économie de l’Eurogroupe à bout de bras ?

 

Réforme des retraites : vers des régimes très spéciaux ?

Le gouvernement est entré dans le vif de sa réforme des retraites avec une dernière série de concertations comprenant les thèmes sensibles des régimes spéciaux et des départs anticipés dans la Fonction publique. Dans des documents transmis aux partenaires sociaux, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, soulève la question de l’intérêt du maintien des spécificités des régimes qui permettent de bénéficier de conditions de départs plus avantageuses que le régime général. Le Haut-Commissaire devrait présenter sa réforme fin mai, début juin, en vue d’un débat parlementaire en commission sur le projet de loi en juillet.

Jean-Paul Delevoye est-il en train d’enliser la réforme ? La dynamique est-elle enrayée ? Que cachent les dernières propositions du Haut-Commissaire sur les régimes spéciaux ? Conserver des régimes spéciaux pour des métiers régaliens (sapeurs-pompiers, militaires, gendarmes, policiers de terrain, etc.) ? Mais quid des autres régimes spéciaux sensibles (SNCF, fonction publique…) ? De la discorde en vue… et une réforme abandonnée sur l’autel des Gilets jaunes ?

https://www.dailymotion.com/video/x73x6bp
Air-France-KLM & Dette
03/03/2019

Air France-KLM, les leçons d’un raid aérien  

Vive tension cette semaine entre la France et les Pays-Bas après l’annonce par l’Etat néerlandais d’une entrée au capital d’Air France-KLM par rachat d’actions. La Haye a pris 14% de la compagnie franco-néerlandaise… à la grande surprise de l’Elysée et de Bercy qui n’ont pas été prévenus. Depuis mardi, un certain calme est revenu et, vendredi, la France et les Pays Bas ont décidé de prendre en main l’avenir d’Air France-KLM. Les deux camps ont monté un groupe de travail sur l’avenir de l’entreprise. Comment l’État néerlandais a-t-il pu s’emparer de 14% du capital du groupe aérien Air France-KLM en six jours d’activité boursière sans éveiller l’attention ? Si l’opération a pu surprendre, elle est néanmoins assez classique du point de vue boursier. Que cache cette affaire ? Politique à la veille des élections aux Pays-Bas ? Ras le bol néerlandais face à l’arrogance française ? Nouveau coup de boutoir dans l’industrie française après Renault-Nissan Peut-on faire un parallèle avec le dossier Alstom-Siemens ? La France a-t-elle une politique industrielle performante ? Quelles leçons en tirer ?

Dette de la France, la botte secrète d’Emmanuel Macron

Et si la dette volait au secours  d’Emmanuel Macron ? Selon les calcul de la Banque de France, la charge de notre dette publique pourrait s’alléger de 10 milliards d’euros d’ici à 2021. Autrement dit, les remboursements des emprunts contractés par l’Etat coûteront moins chers. De 42 milliards d’euros aujourd’hui, la charge de la dette pourrait tomber à 32 milliards en 2021. Grâce à qui ? Aux taux d’intérêt très bas. Or, ces dix milliards de différence représentent, grosso-modo, ce que le PR Emmanuel Macron a lâché pour financer les mesures destinées à calmer la grogne des « gilets jaunes ». L’exécutif peut-il dire merci aux marchés ? Que faut-il faire de cette « cagnotte » tombée du ciel ? Et si les taux remontent ?… Cette situation soulève une nouvelle fois la question de la gestion des finances publiques. L’Etat doit-il dépenser sans compter ou mettre de côté pour « réparer le toit de la maison quand il ne pleuvra plus » ?

https://www.dailymotion.com/video/x73go1l
assurance chômage & Zone euro
24/02/2019

avec Jean Pisani-Ferry, Cercle des économistes  et Denis Ferrand, Rexecode

Quel avenir pour l’assurance chômage ? – Zone euro : le moteur économique allemand est-il en panne ?

https://www.dailymotion.com/video/x72z8wk
Assurance chômage & Réforme fonction publique
17/02/2019

Christian Saint-Etienne, membre du Cercle des économistes et Aurélie Trouvé, Porte-parole d’ATTAC France

Négociation assurance-chômage : doit-on mettre en place un bonus-malus sur les contrats-courts ? Les discussions sont bloquées. Les syndicats ont posé un ultimatum au patronat pour proposer d’ici mardi une disposition de type « bonus-malus » sur les CDD de moins d’un mois. Faute de quoi, les représentants n’iront pas à la réunion décisive de mercredi. Un tel dispositif de bonus-malus peut-il vraiment décourager le recours aux contrats courts ? Peut-il créer des emplois ? En détruire ?

Ce dernier épisode dans les négociations sur l’assurance-chômage est intervenu après la publication du dernier chiffre sur le chômage. Le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis 10 ans. Il s’établit à 8,8% au quatrième trimestre 2018, selon l’Insee. De quoi cela vient ? Cette baisse va-t-elle se poursuivre ?

Faut-il reporter la réforme sur la fonction publique ? Huit organisations syndicales ont écrit cette semaine au Premier ministre pour lui demander de repousser la présentation du projet de loi de transformation de la fonction publique, qui concerne les 5,5 millions de fonctionnaires. Edouard Philippe prévoit de le faire mercredi. Dans la lettre, les syndicats dénoncent le gel du point d’indice et les trop nombreux CDD dans la fonction publique.

La CFDT veut par exemple attendre que la réforme des retraites soit passée. A-t-elle raison? Ne faut-il pas attendre la fin du grand débat national ?

Plus généralement sur cette réforme, faut-il augmenter les fonctionnaires ? Faut-il au contraire, comme le veut Emmanuel Macron, baisser le nombre de fonctionnaires en pleine crise des gilets jaunes ?

PDF
l’Europe doit-elle changer son logiciel de politique industrielle ? & Faut-il supprimer les niches fiscales ?
10/02/2019

Agnès Benassy-Quéré, membre du Cercle des économistes, ancien présidente déléguée du Conseil d’Analyse Economique.
Marc-Olivier Padis, directeur des Etudes du think tank Terra Nova

Alstom – Siemens : l’Europe doit-elle changer son logiciel de politique industrielle ?  

Comme attendu, la Commission européenne a rejeté cette semaine le rapprochement entre le français Alstom et l’allemand Siemens. A la grande déception de Paris et Berlin qui espéraient créer un champion européen du ferroviaire face à l’offensive chinoise dans le secteur, la Commissaire européenne à la Concurrence, Margret Vestager, a justifié son choix estimant que ce rapprochement réduirait le nombre d’industriels dans l’Union, ce qui risquerait de faire monter le prix des trains vendus aux compagnies clientes. Courroucé par une décision qualifiée de « faute politique et industrielle », le gouvernement français réfléchit désormais aux consolidations possibles pour Alstom. Montrée du doigt pour faire la part belle aux concurrents internationaux, Bruxelles doit-elle changer son logiciel de politique industrielle ?… Ce dossier semble caractériser la querelle des anciens et des modernes. Bruxelles se tire-t-elle une balle dans le pied ? Sa vision est-elle adaptée à la mondialisation galopante de l’économie ? En refusant l’union Alstom-Siemens, est-ce que la Commissaire européenne a fait le bon choix ? Peut-on se permettre d’entretenir un marché industriel européen atomisé face aux géants internationaux ? Faut-il revoir la politique européenne de la Concurrence ? Si oui, dans quelle voie ?

Faut-il supprimer les niches fiscales ? :

Cette semaine, le gouvernement a proposé de mieux encadrer les niches fiscales pour répondre aux attentes exprimées par les Français dans le cadre du grand débat national. A défaut de rétablir l’impôt sur la fortune, le ministre des Comptes publics veut revoir le dispositif des avantages fiscaux dont bénéficient de nombreux contribuables. Gérald Darmanin estime à 14 milliards d’euros le montant des niches actuellement en place, soit 4 fois plus que l’ISF, selon le ministre. Son idée est de diminuer le plafond global de ces niches ou les mettre sous conditions de ressources pour qu’elles profitent aux classes moyennes et populaires, plutôt qu’aux plus aisés. Mais le PR ne l’entend pas de cette oreille. Emmanuel Macron ne veut pas toucher au système existant. En toute logique, qui pourrait avoir le dernier mot ? Faut-il revoir le principe des niches fiscales ? Les supprimer reviendrait-il à augmenter les impôts ? Quelle solution alternative possible ?

https://www.dailymotion.com/video/x726373
Croissance économique en France & Compétitivité et salaires
03/02/2019

Avec Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des éconoomistes et Emmanuel Jessua, directeur des Etudes de l’institut de conjoncture COE-REXECODE

La France peut-elle tenir sa croissance économique ?  : Le chiffre était attendu avec impatience, l’Insee a levé le voile mercredi : la croissance économique de la France a marqué le pas l’année dernière avec un PIB en hausse d’1,5%, après 2,3% en 2017. Les dépenses de consommation des ménages ont fortement ralenti au dernier trimestre 2018 et c’est le commerce extérieur qui a soutenu l’activité sur les trois derniers mois de l’année. Le mouvement des «  gilets jaunes » n’explique pas, à lui seul, cette contraction de croissance française. Quel bilan tirer de ces derniers chiffres de l’Insee (baisse de la consommation des ménages mais hausse des exportations) ? Pourquoi la France a-t-elle de meilleures prévisions que l’Allemagne (PIB +1% attendu en 2019 outre-Rhin) ? Notre croissance souffre-t-elle du modèle français ? Qu’attendre pour cette année ? Faut-il relancer le pouvoir d’achat ? Le prélèvement de l’impôt à la source peut-il changer la donne ?

Compétitivité et salaires : quel point d’équilibre ? : Avec une croissance limitée, se pose la question du soutien, voire de la relance de l’activité. Dans cet objectif, quelle place doit occuper la politique salariale, qui plus est à l’heure des nombreuses revendications des « gilets jaunes » ? Indépendamment du débat sur la hausse des rémunérations, comment la politique salariale peut jouer sur la compétitivité des entreprises françaises ? Deux écoles s’opposent : celle qui promeut la baisse des charges sur les bas salaires pour encourager le recrutement des employés peu qualifiés ; l’autre (rapport Gallois) revendique une baisse des charges sur les salariés qualifiés dont ont besoin les entreprises françaises pour monter en gamme, produire de meilleure qualité, vendre plus cher et exporter plus largement. Où placer le curseur, et à quelles conditions ?

Chômage : enfin la porte de sortie ? L’économie chinoise tousse, le monde va-t-il s'enrhumer ?
27/01/2019

Avec / 

Christian de Boissieu, professeur à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne.
Aurélie Trouvé, porte-parole du mouvement ATTAC, enseignante en économie

Chômage, enfin la porte de sortie ?  : Le nombre de chômeurs a sensiblement diminué au quatrième trimestre 2018 (- 42.000, -1,1%). France métropolitaine et DOM TOM réunis, le nombre de demandeurs d’emplois s’élève à 3 millions 700.000. C’est son plus bas niveau depuis 2014, selon les chiffres publiés vendredi par Pôle Emploi. La courbe s’est-elle enfin inversée ? Grâce à qui (décisions publiques – CICE, qualifié de « cadeau » – ou entreprises ) ? Comment transformer l’essai ? Faut-il encore plus baisser les charges ? Si oui, sur les bas salaires ou les salariés qualifiés pour gagner en compétitivité ?

L’économie chinoise tousse, le monde va-t-il s’enrhumer ?  : Cette semaine, la Chine a annoncé le ralentissement de sa croissance économique le plus important depuis 30 ans. Pékin annonce un taux de croissance de son PIB de 6,4% pour 2019. Ce chiffre « officiel », communiqué par l’organe central du PC chinois, est-il réaliste (certains économistes parlent d’une croissance réelle de 2%) ? L’Allemagne, elle aussi, revoit à la baisse sa prévision de croissance pour cette année (1% au lieu des 1,8% prévus initialement). Dans ce contexte économique international chahuté, la baisse du chômage en France peut paraître paradoxale.   Que se passe-t-il en Chine ? En quoi la conjoncture chinoise pèse sur l’économie mondiale ? La Chine ralentit au moment où les Etats-Unis semblent avoir mangé leur pain blanc en termes de croissance. Danger ? Quid en Europe ? Pourquoi le gouvernement allemand est obligé de revoir sérieusement à la baisse ses perspectives de croissance ? L’Allemagne serait-elle la première victime du Brexit ? Solutions pour redresser la barre (uniquement baisser la dépense publique en Europe) ?

https://dai.ly/x71d80c
quelles priorités économiques et sociales ? Renault-Nissan, je t’aime moi non plus
20/01/2019

quelles priorités économiques et sociales ?

Renault-Nissan, je t’aime moi non plus

Avec Christian Saint-Étienne, Cercle des économistes et Gilles Finchelstein, Fondation Jean-Jaurès

Grand débat national : quels dossiers prioritaires pour reprendre la main ? : Trois jours après un premier oral marathon dans l’Eure, Emmanuel Macron est retourné sur la scène du grand débat vendredi face à 600 maires d’Occitanie rassemblés à Souillac, dans le département du Lot. Affaibli par la crise des « gilets jaunes » et sa chute dans les sondages, le chef de l’Etat compte sur la dizaine de rendez-vous identiques à travers la France pour retisser le lien abîmé avec les Français. Quel Acte II pour le mandat d’Emmanuel Macron ? Peut-il réinitialiser son logiciel ? Si oui, comment ? Quels devront être les dossiers économiques et sociaux prioritaires ? De quelles marges de manœuvres budgétaires et financières disposera-t-il ? Les fragilités de l’économie française et la nécessité d’ajustements structurels peuvent-elles dégrader la situation ?

 

Renault Nissan, je t’aime, moi non plus… quel avenir pour l’alliance ?  : Renault reste le premier constructeur automobile français dans le monde pour la troisième année consécutive. Les chiffres sont tombés vendredi (ventes mondiales record proche de 4 millions de véhicules, en hausse de 3,2%), juste devant PSA. Mais Renault n’a plus de patron. Un Conseil d’administration du groupe doit trancher ce week-end sur le nom du successeur de Carlos Ghosn, le dirigeant emblématique de la marque au losange qui devrait rester en prison au Japon, au moins jusqu’au 10 mars. Qui pour lui succéder ? Jean-Dominique Senard, dont le nom revient avec insistance, est-il l’homme idoine ? Les japonais en voudront-ils ? Quelle stratégie adopter ? Quel avenir pour l’alliance Renault-Nissan ? Chaque entreprise peut-elle vivre chacun de son côté ? Plus largement, quelles leçons en tirer sur le management des grands groupes industriels français ? Besoin d’un aggiornamento ?

 

https://www.dailymotion.com/video/x70zltz
Gilets Jaunes & Grand débat national
13/01/2019

Gilets jaunes : y a-t-il une fatalité au chômage de masse ?

Des idées pour le Grand débat national.

On retrouve sur franceinfo,  Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes et Aurélie Trouvé, Attac

https://www.dailymotion.com/video/x70l3ni

Les Thématiques