Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Et maintenant ? Le festival international des idées de demain

A quoi ressemblera le travail demain ? Comment les jeunes imaginent-ils faire société ? Comment réussir les transitions ? C’est pour répondre à toutes ces questions que le Cercle des économistes organisait, vendredi 21 octobre, un atelier de travail dans le cadre du festival « Et Maintenant ? ».

Saïd Hammouche, président de la Fondation Mozaïk, Nacim Baouche et Damien Turlay, lauréats 2022 du Prix La Parole aux 18-28, et Marie-Laure Hustache, journaliste pour Metashift, ont croisé leurs regards et leurs propositions. Avec un constat partagé par tous : il existe un décalage entre les institutions et les aspirations des jeunesses.

Retour sur l'atelier

Les jeunes sont, pour un grand nombre d’entre eux, mal dans leur travail ou inquiets pour leur avenir professionnel, comme le pointe une étude récente du Cercle des économistes. Au-delà de la quête de sens, dont de nombreux articles se sont fait le relais, c’est aussi l’organisation du travail qui ne correspond plus à leurs attentes. Comment la réinventer ? Pour Damien Turlay, un pas de côté s’impose. Il propose de réinventer le travail autour de coopératives de travail, où la dynamique d’emploi serait abandonnée au profit d’un partage des tâches, y compris sociales, qui donnerait accès, en contrepartie, à un ensemble de services, de nature non-pécuniaire. Les individus pourraient ainsi quitter leur ultra-spécialisation actuelle, et effectuer plusieurs tâches dans une même semaine : « Ce n’est pas parce qu’on est ingénieur qu’on ne doit pas passer quelques heures pour mettre des boites en rayon ou pour nettoyer le métro ». Clé de voûte de cette bascule, la notion de « réussite » doit, selon l’étudiant en politique environnementale, être réinterrogée : « Qu’est-ce que la réussite ? Est-ce gagner 4000€ par mois ou est-ce pouvoir accéder à un certain nombre de services qui concurrent à notre bien-être et au bien-commun ? ».

Permettre à chacun de construire son parcours

Intimement liée à la réinvention du travail, la formation, initiale ou continue, est pointée par les jeunes comme un des enjeux essentiels pour réussir les transitions. Un travail déjà entamé, notamment par l’enseignement supérieur, qui délivre de plus en plus de diplômes spécialisés sur ces problématiques, comme le note Nacim Baouche. Son optimisme semble encore toutefois minoritaire et un long chemin reste à parcourir, quand 83% des 18-28 ans jugent le système éducatif en décalage avec les enjeux de notre époque.

Au-delà de la finalité des diplômes, c’est aussi la question des compétences qui doit guider la refonte du système éducatif et des parcours individuels. Pour Saïd Hammouche, dont la fondation qu’il préside s’engage sur la question des compétences, l’éducation nationale et les organismes comme Pôle Emploi doivent aider les individus à découvrir et valoriser leurs compétences : « chacun doit pouvoir faire un travail sur ses aptitudes professionnelles, sur ses compétences au-delà du diplôme, pour créer sa propre voie ». Pour lui, cette question des compétences, appliquée au travail indépendant, peut être une piste pour réenchanter le travail, en donnant aux individus autonomie, liberté d’action et moyens de se découvrir.

Les espoirs déçus de la nouvelle économie

La nouvelle économie est-elle pour autant la réponse à cette crise du travail ? La réponse est nuancée, comme le pointe Saïd Hammouche. Gonflée de capitaux, enchaînant les levées de fonds records, les startups ne sont pas exemptes de reproches et ont pour certaines « raté le virage de la transition : c’est l’économie qui exclut le plus la différence, en favorisant les profils issus du même moule de l’école de commerce, monocolores, masculins et jeunes ». C’est pour tenter de faire bouger les lignes que la Fondation Mozaïk a lancé avec Diversidays le mouvement #TechYouPlace, qui vise à donner un coup d’accélérateur au recrutement inclusif au sein de la tech. Les études le montrent, plus une entreprise inclut de diversité dans ses effectifs, plus elle est dynamique.

L’un des principaux enseignements que dresse l’étude du Cercle des économistes, selon Damien Turlay, est aussi un manque d’utopie chez les jeunes, ou plutôt l’absence d’utopie désirable. Que valent les utopies qui promeuvent la voiture volante ou la vie sur mars alors que les défis écologiques, sociaux, démographiques ou géopolitiques s’accumulent sur Terre ? Et l’étudiant de déclarer : « ce n’est pas d’utopies technologiques dont on a besoin, c’est d’utopies sociales ! ». Un point de vue nuancé par Nacim Baouche, pour qui l’optimisme, le débat et la réflexion doivent animer les jeunesses : « ce sont les idées qui nous permettront d’améliorer le monde ».

« Ce n’est plus une transition, c’est une rupture qu’il faut faire »

Des idées, il en existe beaucoup, dont les citoyens, salariés ou consommateurs peuvent s’emparer pour, à leur niveau, faire changer les choses. Pour Saïd Hammouche, « des entreprises comme Enercoop, nous montrent qu’on peut faire des choix aujourd’hui pour faire changer les choses ». Ces nouveaux modèles économiques, souvent coopératifs, se développent également dans des secteurs comme la banque, la finance, le transport… Mais les germes du changement ne sont pas plantés qu’au niveau micro. Au niveau européen, « les choses commencent à bouger » affirme Damien Turlay, qui travaille dans le cadre de ses études sur le verdissement de politiques monétaires, « à ce niveau, de petites décisions peuvent avoir d’énormes conséquences. »

Mais face à l’ampleur du travail, faut-il hiérarchiser les transitions ? « Ce n’est plus une transition, c’est une rupture qu’il faut faire » dans nos modes de vie, pointe Damien Turlay, « sommes-nous prêts à redéfinir la réussite, les attentes en termes de confort matériel, le tourisme, le loisir ? ». Comme l’ont noté les participants à cet atelier, cette rupture pourrait être un formidable levier de mobilisation et constituer un véritable projet de société impliquant l’Etat, les entreprises et les citoyens. Mais au-delà du collectif et des secteurs, pointe Nacim Baouche, « la plus grosse rupture est d’abord dans notre tête avant d’être dans l’énergie ou la consommation. C’est un travail très dur à faire, qu’on ne sait pas faire. A nous de l’inventer ».

L'événement en image

Bpifrance Inno Generation | Les jeunesses, actrices des métamorphoses 6 octobre 2022 | AccorHotels Arena, Paris

Inscrivez-vous à Bpifrance Inno Generation et participez au débat du Cercle des économistes Créateurs d’entreprises, grands groupes, startuppers, TPE, PME, ETI… Bpifrance vous donne rendez-vous le 6 octobre pour le plus grand rassemblement business d'Europe . . .

Lire l'article
Les Rendez-vous de l’Histoire 6 octobre 2022 | 4 ter rue Robert Houdin 41000 Blois

Les membres du Cercle des économistes aux 25e Rendez-vous de l'Histoire « L’opinion », « Les femmes », « Religion et politique », « Le travail », etc. …depuis 25 ans le festival Les Rendez-vous de l’histoire de Blois explore les thèmes . . .

Lire l'article
Normandie pour la Paix | Faire tomber les murs & Keynote

Inscrivez-vous et participez au forum Normandie pour la Paix Guerre en Ukraine, désinformation, montée du nationalisme… dans un contexte international marqué par l'instabilité et où semble se dessiner une nouvelle géopolitique des blocs, la r . . .

Lire l'article
Les Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence 2022 Réussir les transformations du monde 8 juillet 2022 | Aix-en-Provence

Retrouvez les dernières actualités des REAix2022 sur le site de l'événement   Retour sur la 22e édition : "Réussir les transformations du monde" Pour cette 22e édition, les Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence ont r . . .

Lire l'article
Conférence économique de Dakar 2022 L'Afrique : partenaire Leader 14 mai 2022 | Dakar, Sénégal

L'Afrique : partenaire Leader Le 14 mai, la Présidence de la République du Sénégal organisait, avec le Cercle des économistes et le Centre de Développement de l'OCDE, la Conférence économique de Dakar. A . . .

Lire l'article
Discuter, Agir, Changer – Jeunesse 2022

A propos de #DAC2022 La jeunesse ne doit pas être un sujet parmi d’autres des élections présidentielle et législative, mais bien le sujet central. Après deux années éprouvantes, cette génération qui va h . . .

Lire l'article

Les Thématiques