fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Faut-il être optimiste quand on gouverne ?

Croissance potentielle. Le gouvernement a dévoilé mercredi 23 avril son programme de stabilité budgétaire pour la période 2014-2017. Il maintient sa prévision d’un déficit public de 3% du PIB fin 2015, et table sur une croissance d’1,7% l’an prochain. Parallèlement, dans un avis rendu public le même jour, le Haut conseil des Finances Publiques rendait un avis dans lequel il jugeait réalistes les prévisions gouvernementales. Pour Olivier PASTRE, « la confiance est capitale. Il doit y en avoir. Un concept fondamental s’appelle la croissance potentielle, c’est à dire la croissance sans endettement ». Nous devons y tendre.

Croissance limitée. Le Haut conseil des Finances publiques, toujours lui, s’est projeté dans les prochaines années. Il se dit plus réservé à leur sujet, qualifiant d’optimiste le scénario gouvernemental d’une accélération de la croissance à 2,25% en 2016 et 2017. « Nous allons avoir une croissance limitée  », estimait récemment Olivier PASTRE sur Radio Classique. Et l’économiste de préciser que « nous sommes portés par une croissance mondiale qui reste forte. Nous sommes passés d’une croissance pré crise de 5% à une croissance de 3 à 3,5%. Ce niveau, somme toute élevé, bénéficie aux pays qui ont une forte capacité technologique ». C’est, selon lui, le cas de la France.

Virage gouvernemental. En maintenant son programme d’économies malgré la fronde d’une partie de la majorité présidentielle, le Premier ministre Manuel VALLS prouve que le gouvernement a pris conscience de l’urgence de la situation. « Clairement, le gouvernement a enfin découvert que pour créer des emplois il faut des employeurs, des entreprises qu’il ne faut pas pénaliser », remarque Olivier PASTRE avec un brin d’humour. Selon l’économiste, « un virage incontestable, peut-etre moins marqué qu’on ne l’a dit, a été pris en faveur des entreprises, ce qui est une très bonne chose. La compétitivité française ne s’améliore pas mais cessons de dire qu’elle se détériore mois après mois. Ce n’est pas la réalité  ». Olivier PASTRE est dans le camp des optimistes. Il est assurément mais raisonnablement optimiste.

Les Thématiques