Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

L’Europe a-t-elle perdu la guerre des monnaies ?

couv Actes 2014 bon« Malgré la généralisation des régimes de change flexibles de jure, nombre de pays mènent des politiques de change de facto et créent des distorsions de taux de change réels dont les effets sur la compétitivité et les décisions d’investissement sont avérés : distorsions de rentabilité selon les secteurs ou les pays, délocalisations, incertitudes macroéconomiques… L’Europe est l’une des rares zones monétaires qui n’a pas de politique de change, la BCE n’ayant qu’un objectif de ciblage de l’inflation et les gouvernements des pays membres de la zone euro ne parvenant pas à s’entendre sur une stratégie. La valeur de l’euro est comme une variable d’ajustement issue des politiques de change menées ailleurs. Quelle est l’ampleur des effets de ces distorsions de change sur l’investissement et les délocalisations des firmes européennes ? Peut-on y remédier en complétant le mandat de la BCE ? Comment insérer une telle inflexion dans une gouvernance mondiale des taux de change de nature à maîtriser la guerre des monnaies ? Par le jeu d’une coopération accrue des banques centrales ? En instaurant, sous l’égide des États, de nouvelles zones cibles ? »

 

Avec les contributions de :

  • André Cartapanis : « L’Euro et la guerre des monnaies en quatre questions »
  • Athanasios Ophanides : « The ECB is not the Solution »
  • Laurent Mignon : « Y a-t-il vraiment une guerre des monnaies ? »
  • Hans-Helmut Kotz : « The European Central Bank and EUropean Plurality »
  • Jean Beunardeau : « Le marché des changes : un cauchemar pour les banquiers »
  • Kathryn Dominguez : « Do the United States and the Eurozone have an Exchange Rate Policy? »
  • Emmanuel Fahri : « Mettre en oeuvre une politique monétaire plus audacieuse »
  • Lee Hye Min : « Currency and Trade Negotiations »
  • Christian Schubert :  modérateur

Accéder à l’intégralité de la session en pdf

 

Les Thématiques