fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

L’investissement facteur de croissance, 2015 va jouer un rôle

InvestissementDu regain dans l’investissement. Pour 2014, les industriels ont investi 2 % de plus que ce qu’ils avaient prévu pour l’année, alors que la question leur était posée en octobre. En janvier 2015, ils annoncent des programmes d’investissement revus à la hausse de 3 %, après avoir misé sur une baisse. Sans parler d’hirondelle annonciatrice du printemps, Jean-Paul BETBEZE constate que « Ce swing se retrouve partout, mais bien plus nettement dans les industries agricoles et alimentaires et plus encore dans l’automobile, avec un passage de – 8 à plus 10 %, ce qui est une importante révision  ». Comme le prouve l’économiste, chiffres à l’appui sur son blog www.betbezeconseil.com : cela augure bien de l’année.

Accélération bénéfique. Selon toutes ces données, l’investissement va donc s’accélérer début 2015 et la croissance avec, puisque l’investissement c’est la croissance. « Ces résultats sont plus favorables que ceux des dernières enquêtes sur le climat des affaires dans l’industrie », estime Jean-Paul BETBEZE. Et l’économiste de poursuivre : « Il est vraisemblable que les marges des entreprises se renforcent donc plus que ce que disent les derniers chiffres de la comptabilité nationale ». Optimisme.

Facteurs conjugués. Les effets conjoints des baisses des taux d’intérêt et du pétrole, avec toutefois des salaires encore en faible progression (poids du chômage), « poussent les entrepreneurs à agir plus vite que prévu (et que pensé) – notamment à investir en actifs réels », analyse Jean-Paul BETBEZE. A l’aune, notamment, d’un regain des fusions acquisitions, « le plus vraisemblable est que la remontée des marges, que l’on perçoit depuis quelques mois, se retrouve aussi dans le ‘’monde réel’’  », conclue l’économiste. Il est grand temps. Le dépassement de 1 % de croissance pour 2015 est en vue.

Les Thématiques