fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Pourquoi l’Allemagne rapatrie ses lingots ?

lingotsMythique or du Rhin. L’Allemagne va rapatrier en cinq ans son or stocké dans les coffres de la Banque de France et une partie en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Pour la France, cela fait plus de 370 tonnes de métal jaune, 11% du total des réserves allemandes. Berlin invoque la fin de la guerre froide. En l’absence de possibilité de changes depuis l’adoption de l’euro, inutile de conserver dans l’hexagone des stocks d’or pour négocier quoi que ce soit en terme de parité monétaire. Le stockage de l’or à l’étranger est une spécificité allemande qui a vu le jour dans les années 50, au moment ou Berlin craignait une invasion soviétique. Aujourd’hui, ces réserves (3.400 tonnes pour 143 milliards d’euros au cours actuel) sont les deuxièmes plus importantes au monde après les Etats-Unis et devant le Fonds Monétaire International.

Psychologie. Selon Christian STOFFAES, « il faut voir dans cette initiative un aspect plus psychologique qu’économique ». Et l’économiste de citer son illustre et regretté confrère Keynes : « ‘’L’or est resté une relique barbare’’. Barbare mais symbolique. C’est important, surtout dans un pays qui a horreur de l’inflation comme l’Allemagne. C’est un geste politique en ces temps troublés : c’est mieux d’avoir l’or chez soi car on ne sait pas ce qu’il peut se produire », insiste le Président du Conseil d’Analyse Economique franco-allemand. L’an dernier, sur fond de crise en zone euro, la question avait agité certains milieux eurosceptiques outre-Rhin et la Cour des comptes allemande avait recommandé un inventaire des stocks.

Effets indésirables. Il ne faut donc pas voir dans cette initiative un sentiment de défiance de l’Allemagne vis à vis de la France. La crise de la zone euro continue d’inquiéter certains milieux qu’il convient tout simplement de rassurer. Mais « le fait de rapatrier les stocks d’or de l’étranger peut rassurer comme accroître l’inquiétude d’une opinion publique déjà échaudée par l’ampleur et la complexité de la crise », tient à souligner Christian STOFFAES. Plus prosaïquement, certains y verront peut-être une heureuse coïncidence historique en cette année 2013 où l’on célèbre le bicentenaire de la naissance de Wagner, compositeur du célèbre opéra justement intitulé « L’or du Rhin »… cet or censé se forger en richesse et puissance du monde.

Les Thématiques