Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Ne pas oublier les travailleurs des plateformes

On les présentait comme les travailleurs de la nouvelle économie : chauffeurs VTC, nouveaux indépendants des start-up de service à la personne, livreurs des plateformes de restauration. Certains emplois se sont maintenus (livraison par exemple), mais d’autres ont fortement diminué (ménage, gardiennage). Même pour ceux qui ont conservé leur emploi, le moment est difficile. 80% des travailleurs des plateformes ont vu leur chiffre d’affaires s’effondrer de 40% en 2020.

On sait que les crises pèsent d’abord sur les catégories sociales les plus vulnérables, et ces  travailleurs sont soumis à une double peine : une forte exposition au virus du fait du type d’emploi occupé, et une perte de revenu d’autant plus forte qu’ils ont un moindre accès aux prestations sociales par rapport aux individus occupant un emploi classique. Une étude menée par l’OCDE en juin 2020 fait le point sur les mesures prises par les plateformes en réponse à la crise. Elle montre qu’à côté de mesures gouvernementales, diverses selon les pays, comme l’extension pour les indépendants de l’accès aux indemnités de maladie et  au  congé  rémunéré  pour  prise  en  charge  d’un  proche  dépendant, ou encore l’accès aux dispositifs de chômage partiel, les plateformes ont mis en place de nouveaux dispositifs. Ceux-ci dessinent en creux un accompagnement social qui faisait jusqu’ici largement défaut, et qu’il faudra renforcer.

Parce que les emplois de ces travailleurs ont pu apparaître comme une chance pour les quartiers les plus pauvres, il faut impérativement que les dispositifs aujourd’hui généreux de protection face à la crise n’oublient pas les spécificités de ces emplois, souvent précaires, requérant parfois des emprunts pour se lancer, où les femmes sont particulièrement mal loties. On ne saurait bâtir un grand plan « banlieues » sans réfléchir aux promesses que la nouvelle économie triomphante et agile de l’avant Covid avait fait miroiter à ceux dont les possibilités d’emploi sont les moins établies. On risque sinon de voir la crise sociale prendre le relais de la crise sanitaire.

Les Thématiques