fbpx

Des universitaires avec une conviction : l’importance d’un débat ouvert et accessible

Une baisse des allocations chômage est-elle justifiée ?

carte allocations  chomageDiagnostic sévère. Dans son dernier rapport, la Cour des comptes estime que la politique de l’emploi en France offre un dispositif largement inadapté et inefficace, notamment par rapport aux autres pratiques européennes. Ce système, que les sages de la rue Cambon jugent confortable, aboutit à un déficit de l’UNEDIC proche de 5 milliards d’euros pour un endettement de 18 milliards. Selon Alain TRANNOY, « des marges d’optimisation existent  » et c’est dans l’intérêt de tous les partenaires sociaux de trouver une solution. Notre système est le plus généreux d’Europe. Le faire évoluer permettrait de parvenir à « un compromis gagnant-gagnant  ».

Nouvelles règles. La Cour des comptes propose de réexaminer les règles d’indemnisation des chômeurs. Deux catégories figurent dans son collimateur : les cadres et les intermittents du spectacle. En ce qui concerne les cadres et les travailleurs qualifiés, il s’agirait d’instaurer un taux décroissant pour les niveaux d’indemnisation les plus élevés. Aujourd’hui en France, un cadre peut recevoir jusqu’à 6.000 euros d’indemnités par mois (si son salaire initiale était de 11.000 euros) alors qu’à compétence égale, un cadre allemand ne reçoit pas plus de 2200 euros, un italien : 1000 euros.

Plus d’équité. Il ne s’agit pas tant de prendre l’argent aux cadres et de relever les minima que de dégager « des marges pour financer la hausse générale de l’assurance chômage (conséquence de la crise) sans augmenter les cotisations sociales  ». Selon Alain TRANNOY, « il faut s’inscrire dans cette nouvelle perspective de démocratie sociale : regarder à la fois le bon fonctionnement économique de l’entreprise, assurer la sécurité des salariés et contourner les problèmes budgétaires. Toutes ces données pèsent lourdement sur le coût du travail  ». Mais cette réforme ne se fera pas sans négociations entre partenaires sociaux. « Si le quinquennat de François Hollande doit marquer une réussite dans un grand domaine c’est bien celui là : réformer par la discussion. Cela supposera également de passer au tamis tous les problèmes de la formation professionnelle, des conditions de travail, etc…  », ajoute l’économiste. Le récent accord sur le marché du travail a donné le ton.

Les Thématiques