30 universitaires et une conviction : l'importance d'un débat ouvert et accessible

La nécessité d’une prospérité partagée

couv Actes 2014 bon« Le rattrapage économique des pays émergents défie de plus en plus le leadership technologique des pays vieillissants du nord qui ont besoin d’une main-d’oeuvre jeune. Le partage des ressources naturelles est d’ores et déjà un enjeu crucial. Cette redistribution des cartes va permettre à des populations entières d’accéder à des niveaux de vie jamais atteints jusqu’à présent et à de nouvelles économies d’émerger. Cependant cette redistribution des richesses ne garantit pas une égalité d’éducation et de revenus et peut mener à des conflits. Dans le même temps, les économies avancées sont davantage concernées par les problématiques internationales : gestion des biens publics globaux que sont la terre, la forêt ou l’eau, ou rémunération des salariés les plus qualifiés par exemple. Quelles solutions peut-on envisager et quels acteurs peuvent contribuer à une prospérité partagée ? Où investir en priorité ? Les entreprises vont-elles participer ? Quelles politiques nationales pour redistribuer les rentes ? Quelles politiques migratoires pour satisfaire les aspirations de chacun et les besoins en main d’oeuvre sur l’ensemble de la planète ? »

 

Avec les contributions de :

  • Akiko Suwa-Eisenmann : « Les changements structurels de la chaîne de valeur »
  • Richard Sennett : « For a Qualitative Approach of Inequality »
  • André Azoulay : « L’Europe-Méditerranée, un rendez-vous avec l’histoire »
  • Mourad Ezzine : « L’éducation, une urgence pour l’intégration méditerranéenne »
  • Fuat Keyman : « The Turkish Experience »
  • David Dror : « How to Deal with the Informal Sector »
  • Jean-Pierre Menanteau : « Le partage de la prospérité, une urgence »
  • Rémy Weber : « Pour une métamorphose des hommes et des métiers »
  • Eric Le Boucher :  modérateur

Accéder à l’intégralité de la session en pdf

 

Les Thématiques